pictogerbeaud.com

Coqueret du Pérou : semis, culture et récolte

Belle plante aux fruits décoratifs, le coqueret du Pérou est également une plante potagère. Plutôt frileux, il sait être prolifique si il reçoit chaleur et espace. Mettez un peu d'exotisme dans le jardin et votre assiette !

A ne pas confondre...

Physalis peruviana et alkekengiLe coqueret du Pérou, connu également sous le nom de groseille du Cap, est Physalis peruviana, à ne pas confondre avec Physalis alkekengi, le fameux Amour en cage de nos jardins, cultivé essentiellement pour son aspect ornemental. En comparaison, le fruit du coqueret du Pérou est plus gros que celui de son cousin tandis que le calice qui l'entoure est plutôt verdâtre, voire jaune pâle : moins flamboyant, mais plus gourmand !
Plus fragile également ! Il ne goûte guère des températures descendant en dessous de 10 °C. Aux premières gelées, il meurt. Réservez-lui une place de choix : lumière, chaleur sont les clés de la réussite. Pour les régions du nord, il reste la possibilité de le cultiver en pot est de le rentrer dans un endroit bien ensoleillé, le temps que passe la mauvaise saison.

Semis et plantation

Semis de coqueret du PérouLa culture du coqueret du Pérou ressemble à celle de la tomate, membre de la même famille (Solanacées).

Les semis de coqueret se font à chaud (minimum 18°C), durant le mois de mars (lire : Les semis à chaud). Procédez en terrine ou en pot, en espaçant les graines de 3 cm en tous sens. Patientez au moins trois semaines pour voir apparaitre les cotylédons. Au stade de trois vraies feuilles, éclaircissez ou repiquez les plants dans des godets individuels ou sous châssis, à 10 cm de distance les uns des autres.

La mise en place est effectuée en mai, lorsque les gelées ne sont plus qu'un mauvais souvenir. Tout sol bien drainé peut convenir, mais les récoltes de fruits les plus abondantes ont lieu sur des substrats plutôt sableux et pauvres (les terres trop fertiles favorisant le développement du feuillage aux dépens de la fructification).

Coqueret du Pérou à maturitéLe coqueret ayant tendance à prendre de l'ampleur si l'endroit lui convient (il peut dépasser les 1,50 m de haut pour 1 m de large), laissez un mètre entre chaque pied et installez des tuteurs.

Protégez-les d'un voile ou d'une cloche tant que les températures nocturnes restent fraiches.

Entretien

L'entretien du coqueret du Pérou se limite à satisfaire ses besoins en eau ; arrosez-le et effectuez des binages régulièrement, de la plantation à la récolte.

Dans les régions aux températures douces, le coqueret du Pérou peut être cultivé comme une plante vivace. Il est alors rabattu à la fin de l'automne. Il semblerait toutefois que cette opération le rende plus fragile, si on le compare avec un sujet cultivé en plante annuelle.

Récolte

Fruits de physalis du PérouLes premiers fruits mûrs sont récoltés à partir du mois d'août ; la baie est alors jaune orange et le calice desséché. La cueillette se prolonge jusqu'au mois d'octobre. Dans un environnement favorable, le coqueret du Pérou peut produire près de 300 fruits.

A l'intérieur de la baie, vous trouverez une multitude de graines, qui permettent à la plante de se multiplier à tout va (Lire : Multiplier les plantes à moindre coût).

.

Ennemis

Les aleurodes (mouches blanches) peuvent venir tourmenter les coqueret du Pérou, notamment ceux cultivés en serre ; n'hésitez pas à sortir les pièges jaunes et collants

Plantes associées

Le seul problème de voisinage que peut rencontrer le coqueret du Pérou est lié à son aspect « encombrant »

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage