pictogerbeaud.com

Choisir un arbre fruitier

Se décider pour un arbre fruitier, ce n'est pas simple ! Quelle variété choisir selon la place disponible, les fruits que l'on préfère, la nature du sol, la pollinisation possible ou pas... Du petit balcon au grand jardin, voici quelques conseils à méditer avant de courir chez son pépiniériste préféré.

Petit fruitier deviendra....

Arbres fruitiers en jardinerie

Fruitiers en jardinerie

Au moment de l'achat des arbres fruitiers, il est rare que ceux-ci aient leur taille définitive. Il est donc nécessaire, et ceci est bien sûr valable pour tous les arbres, de s'être renseigné au préalable sur sa dimension adulte avant de le mettre en terre, car votre jardin, ou l'emplacement que vous lui réservez, peuvent s'avérer être trop exiguë et inadapté à son développement.
Si vous ne possédez pas de grands espaces, ne vous alarmez pas ; tout jardin (ou même balcon), peut trouver fruitier à son pied.

Il existe deux types de formes chez les fruitiers : les formes libres (de plein-vent) et les formes palissées.

Les formes libres ne correspondent pas forcément à de gros et grands arbres ; selon le porte-greffe utilisé, vous avez le choix entre des « hautes-tiges », qui conviennent uniquement pour les prairies (8 à 10 m de hauteur pour un diamètre équivalent), des demi-tiges (5 à 6 m de hauteur pour un diamètre de 5 à 10 m) et des basses-tiges (buissons) dont la tige ne dépasse pas les 50 cm (2,5 à 4 m de haut pour un diamètre de 5 à 7 m).

.
Arbres fruitiers en jardinerie

Poirier palissé contre un mur (palmette Verrier)

Pour les tout petits espaces, voire les balcons, il existe également des fruitiers nains, appelés aussi mini tiges, que vous pouvez installer le cas échéant, en pot, mais aussi des pommiers colonnaires, particulièrement compacts.

Les fruitiers concernés par ces différentes formes sont entre autres, les abricotiers, les cerisiers, les brugnoniers, les pêchers, les poiriers, les pommiers ainsi que les pruniers.

Pour les petits jardins et les adeptes de la taille, tournez-vous vers les formes conduites ou palissées ; elles permettent de limiter l'emprise des sujets dans l'espace. Cependant, ce type de forme ne s'adapte qu'à peu de fruitiers : pommiers, poiriers, pêchers.

>> Lire aussi :

Autofertile... ou pas ?

Sachez que tous les fruitiers ne sont pas autofertiles, c'est-à-dire qu'ils ont besoin de la présence d'un autre arbre, de variété différente, pour pouvoir assurer la pollinisation de leurs fleurs et avoir des fruits. C'est le cas notamment de la plupart des poiriers. Pour les petits jardins, il est donc préférable de se tourner vers des variétés autofertiles !

Un arbre pour toujours

Pêcher en pot

Pêcher en pot

Planter un arbre n'est pas un acte anodin ; lorsqu'il est mis en terre, il y reste, normalement, toute sa vie...et cela peut être long, une vie d'arbre ! Aussi, si les avantages de ces fabuleux arbres ne sont plus à démontrer, il est nécessaire d'avoir fait le point sur leurs inconvénients avant de prendre la pelle et de creuser un trou. Eh oui ! un fruitier peut vous apporter des désagréments !
Les poiriers attirent les guêpes, les mûriers ont des fruits salissants, les cerisiers ont de puissantes racines superficielles et des fleurs qui tombent en abondance, les noyers et les figuiers fournissent une ombre épaisse... si vous souhaitez installer un fruitier près de la piscine, d'un dallage, du potager ou de votre coin-repas favori, pensez-y !

Savoir acheter

Pour vous assurer une bonne reprise de l'arbre lors de sa plantation, le sujet doit être en bonne santé : porter une belle écorce exempte de lichen et ne laisser apparaître aucune blessure ou malformation. Les plants de fruitiers à planter entre le 15 novembre et la fin mars (période de dormance) sont vendus racines nues ; celles-ci ne doivent pas être abîmées et le chevelu racinaire bien fourni (lire : Acheter une plante à racines nues).

Si vous souhaitez une mise à fruits rapide (à partir de la deuxième année), le sujet doit être suffisamment âgé, mais cela vous coutera plus cher qu'un jeune plant !

Une variété de variétés

Etiquette d'un arbre fruitier

Lisez les étiquettes !

Pourquoi choisir une variété plutôt qu'une autre ? La première chose à laquelle on pense lorsqu'on achète un arbre fruitier, c'est à la saveur de ses fruits. Le « problème », c'est qu'il existe une multitude de variétés qui offrent autant de saveurs particulières : sucrée, acidulée, parfumée, juteuse, fondante, des variétés à croquer, des variétés à cuisiner... Un conseil pour s'y retrouver, goûtez pour trouver votre préférée !

Le deuxième critère à prendre en compte est celui de la résistance aux maladies ; il existe par exemple des variétés de pêchers peu sensibles à la cloque ou des variétés de pommes anciennes plus résistantes à la tavelure.
Enfin, il faut également regarder la productivité de l'arbre, la date de maturité des fruits et leur qualité de conservation (pommes).

>> Lire aussi :

De l'importance du porte-greffe

Renseignez-vous sur la nature du porte-greffe ; de lui dépend aussi la rusticité de l'arbre, son rendement et la qualité de ses fruits. Un point essentiel, malheureusement de plus en plus souvent oublié sur l'étiquette...

Des fruits à l'ombre ?

On n’a jamais vu un arbre fruitier donner de bons fruits à l'ombre ! Jamais ? Il existe pourtant une solution pour les endroits protégés du soleil : les framboisiers ! Petits fruits, mais grand parfum (lire : Framboises : les meilleures variétés) !

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage