pictogerbeaud.com

Prolonger la saison des tomates

Le soleil s'étant fait un peu attendre ce printemps, la récolte des tomates a débuté tardivement cet été. Septembre est là et les pieds sont encore pleins de tomates vertes ! Voici quelques astuces pour prolonger la cueillette durant l'automne.

Septembre : un mois à risques

Tomates sous la pluieLes tomates, comme tous les légumes fruits de l'été, ont besoin de beaucoup de lumière et de chaleur pour mûrir. Hélas, à la fin de l'été, la durée des jours diminue sensiblement et les températures se rafraichissent, surtout la nuit. De plus, les rosées abondantes et les pluies qui ont tendances à s'intensifier apportent blessures et maladies ; le mildiou étant la plus redoutée. Bref, un ensemble de circonstances qui nous amène à penser que le mois de septembre n'est décidément pas un mois favorable à la tomate. Et pourtant…

.

Du soleil

En supprimant une partie du feuillage en fin de saison, vous favorisez l'exposition des fruits à la lumière du soleil. Attention toutefois à ne pas trop dégarnir le pied de ses feuilles ; sans elles, il n'y a plus de photosynthèse et de fruits sucrés ! Il faut donc procéder progressivement, en supprimant d'abord les feuilles abimées et malades, puis celles qui sont en contact direct avec les fruits. Ceci permet par la même occasion de limiter la propagation des maladies. Lorsque la fin du mois approche, ou que le temps se dégrade trop vite, la taille peut se faire plus sévère.
Est-il utile de préciser que la coupe se fait avec un outil tranchant bien affuté et désinfecté ?

.

De la chaleur

Housse de croissance pour tomates

Housse de croissance

Pour pallier les fraicheurs nocturnes, deux solutions :

La plus courante est l'utilisation du voile de forçage. Installez une housse sur chaque pied quand le soleil se cache et ôtez-la le matin afin que les pieds puissent se réchauffer sans « bruler ».

Une autre solution peut être le paillage de pierres. Utilisé depuis très longtemps dans les zones semi-désertiques, le paillis minéral permet certes d'économiser l’eau, mais surtout, dans le cas qui nous préoccupe, la restitution durant la nuit de la chaleur captée le jour. On peut utiliser notamment le gravier, la lauze, la pouzzolane, les galets... (lire aussi : Choisir un paillis)

.

Un toit

Toit pour culture des tomates

Toit polycarbonate

Hormis dans les régions du Sud, les pluies s'intensifient en fin de saison et sont souvent synonymes de maladies. Installer un toit de protection est donc une solution pour mettre à l'abri ses pieds de tomates. En plexiglas, en plastique transparent ou même en verre, fixez-le sur plusieurs piquets suffisamment hauts de façon à recouvrir les plants, à la manière d'un châssis sur pieds.

>> Lire aussi : La culture des tomates sous serre froide

.

De l'énergie

Les nouvelles fleurs qui apparaissent au cours du mois n'ont pas le temps de se transformer en fruits. Supprimez-les afin que toute l'énergie de la plante soit concentrée sur le murissement des fruits déjà là. Faites de même avec les derniers petits fruits. Les tomates presque matures finiront de grossir et de murir.
Enfin, pour les aider à combattre les attaques de mildiou ou autres viroses, vous pouvez pulvériser sur le feuillage du purin stimulant de plantes (de prêle, de consoude, d'ortie... lire : Purins d'ortie et de consoude, ça marche !) et de la bouillie bordelaise.

Et pour l'année prochaine…

Tomate 'Cornue des Andes'

Tomate 'Cornue des Andes'

Il existe un grand nombre de variétés plus ou moins adaptées aux cultures tardives et plus ou moins résistantes aux maladies. On sait par exemple que la 'Cornue des Andes' ou la 'Noire de Crimée', qui sont des variétés anciennes aux saveurs particulières, sont sensibles aux maladies ou à l'éclatement. Pour une culture de fin de saison, il est préférable d'opter pour des variétés hybrides comme la tomate 'Fandango F1' pour ne pas la nommer ou encore la tomate grappe 'Premio F1', certes moins gouteuses mais plus résistantes. (au sujet des hybrides, lire : Hybrides F1 : introduction ainsi que Hybrides F1 et création variétale classique, quelle différence ?)

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage