pictogerbeaud.com

Limace : comment lutter

Les années humides, c'est le cauchemar du jardinier, la bérézina pour les salades, les semis d'épinards, les œillets d'Inde et bien d'autres. Inutile de trop s'attarder sur les présentations, le coupable est bien connu. Quoique...

Une dizaine d'espèces

Limace rouge

Limace 'arion rufus'

Dans l'immense groupe des gastéropodes terrestres, limaces et escargots comptent près de quinze mille espèces. Parmi elles, une dizaine d'espèces de limaces causent d'importants dégâts sur les cultures et dans les jardins. La plus facile à reconnaître est Arion rufus, grosse limace rouge (jusqu'à 15 centimètres), dont la couleur peut varier du brun très clair au noir. La plus redoutable, Deroceras reticulatum, petite limace grise (3,5 à 5 cm) est particulièrement vorace et prolifique (les années humides, deux générations peuvent se succéder). Quant à Arion hortensis, ou limace horticole, brune ou noire, elle consomme plutôt moins de verdure que les autres, mais s'attaque par contre aux racines et aux tubercules.

Symptômes

Ils sont connus : jeunes semis rayés de la carte et légumes feuilles ravagés, avec une préférence pour les plus tendres et pour les plants déjà entamés. Les traces de mucus, une bave qu'elles sécrètent lors de leurs déplacements, signent leur forfait.

Mode de vie

Oeufs de limace

Oeufs de limace

Les pontes se font à l'automne par paquets de plusieurs dizaines d'œufs dans la terre, au fond de galeries. Certaines espèces de limaces peuvent pondre jusqu'à cinq cents œufs par an ! Ces œufs résistent assez bien au froid, ce qui n'est pas le cas des adultes.
Aussi les éclosions ne se font elles généralement qu'à partir d'avril, selon les conditions climatiques.

Constituées de plus de 80 % d'eau, les limaces ne sont pas protégées de la dessiccation, contrairement aux escargots. Elles peuvent seulement la limiter en se contractant ou en s'enfouissant dans le sol. Leur activité de surface est essentiellement nocturne, mais elle dépend surtout de la température et de l'humidité. Ainsi, les limaces resteront à l'abri si la nuit est chaude, mais seront actives le jour si le temps est frais et humide.

Leur appétit pousse les plus grosses d'entre elles à dévorer jusqu'à 50 % de leurs poids en une seule nuit. Elles disposent pour cela d'une arme redoutable : leur plancher buccal, conformé comme une râpe, ce qui leur permet de mettre en pièces la plupart des tissus végétaux, et d'ingurgiter à l'occasion des cadavres d'animaux morts et toutes sortes de déchets végétaux. Cela pourrait les faire passer pour d'utiles recycleurs de matière organique, si elles n'avaient cette fâcheuse prédilection pour les pousses tendres de nos légumes.

Tout comme les escargots, les limaces sont hermaphrodites. L'accouplement se fait en fin d'été ou à l'automne, chaque individu devenant tour à tour mâle, puis femelle.

Moyens de lutte

Aucun ravageur n'a suscité autant de trucs et astuces que la limace. Leur efficacité est très variable et il est généralement nécessaire d'en associer plusieurs.

Mesures préventives

Méthodes de lutte proprement dites

Anti-limace au ferramol

Anti-limace au ferramol

>> Lire aussi :

 

Antoine Bosse-Platière, Les 4 Saisons du jardin bio

Crédit photos : Gauthier Savart - Lipedia - X.G.

.
Terre Vivante En partenariat avec :

Terre vivante, spécialisé depuis 30 ans dans le jardinage bio, éditeur des 4 Saisons du jardin bio.

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage