pictogerbeaud.com

Créer un potager bio

Vous êtes décidé ! Vous allez vous lancer dans l’aventure du potager bio. Aventure qui ne s’improvise pas : du choix de l’emplacement de votre potager à la préparation du sol, de la bonne structuration des planches à la sélection des légumes, nous allons vous donner les clés de la réussite. A vous la succulence des légumes frais tout juste cueillis encore gorgés de soleil !

Choix de l’emplacement

Salade et panier de légumes au potagerTrouver le bon endroit pour y installer son potager est primordial. Plusieurs facteurs entrent en compte et ne doivent pas être négligés.
Tout d'abord, voyons l’aspect pratique : un potager près de la maison, si possible pas loin de la cuisine est toujours très agréable et évite de faire des kilomètres sous les tempêtes hivernales pour se fournir en poireaux. L’été, les herbes aromatiques et les tomates seront à portée de main.
La proximité d’une arrivée d’eau est indispensable, pour ne pas finir avec les bras traçant des sillons sur le sol à force de va-et-vient en portant un arrosoir trop lourd.

Ensuite l’aspect technique : l’exposition de votre jardin est très importante, essayez de lui réserver un espace ensoleillé et protégé des vents violents. Cela va sans dire, mais mieux vaut le préciser, l’endroit devra être exempt de toute pollution, évitez de faire pousser vos légumes sur votre fosse septique ou sur l’emplacement d’anciens gravats ou autre décharge, les substances polluantes perdurent de longues années dans le sol et il n’y aurait plus aucun intérêt à faire du bio.

Elaboration du projet

Pied de tomatesL’idéal serait de tester le sol afin d’en déterminer le pH car on ne fait pas pousser les mêmes plantes en sol calcaire et en sol acide.
Pour cela il suffit d’acheter un kit en jardinerie ou encore d’avoir « l’œil du paysan » et de conclure sur la nature du sol d’après la végétation indigène. Si les hortensias et autres rhododendrons vous éblouissent de leur floraison spectaculaire, vous êtes sur un terrain acide.
Il faut s’inspirer des voisins, voir ce qui pousse bien chez eux et ne pas hésiter à leur demander des conseils.
Une fois la nature du sol déterminée et selon celle-ci, on incorporera les amendements nécessaires correspondant à un rééquilibrage du sol (lire : Amender le potager).

Un autre critère très important : le climat ! Il faut être réaliste et oublier la culture des pastèques dans le Nord de la France, ou encore celle des choux-fleurs dans une zone aride du Sud.
Une fois ces critères définis, un plan du jardin est élaboré sur papier, déterminant les diverses planches, les légumes qu’elles contiendront en tenant compte de leurs affinités, car oui, il y a des amitiés chez les plantes dont il faut tenir compte dans le jardinage bio si l’on veut combattre les parasites et les maladies de façon naturelle.

Ce plan devra être remanié chaque année afin d’appliquer une rotation des cultures et de ne jamais replanter un légume vorace au même emplacement avant quatre ans. Le sol aura ainsi le temps de se recharger en nutriments.
Par exemple, la première année sur un sol bien fertile et amendé on cultivera des tomates, des fraises, des courges, la seconde année, sur le même emplacement on installera des oignons, des salades ou des betteraves, la troisième des haricots verts et des petits pois...

>> Voir des modèles de rotation des cultures

Concrétisation

Rangs de légumes au potagerUne fois les "mauvaises herbes" arrachées, il faut aérer le sol à l’aide d’une fourche bêche. Pour cela on plante l’instrument tous les 10 cm et on remue d’avant en arrière sans retourner le sol afin de ne pas perturber les différentes couches.
L’apport de nutriments se fera d’après la nature du sol, on dosera afin d’essayer d’équilibrer le pH au alentours de 6. N’hésitez pas à demander conseil dans votre jardinerie, ou pépinière, ils connaissent bien la nature du sol de la région et vous conseilleront au mieux.

Lors de la préparation du sol, il est possible d’incorporer les cendres de votre cheminée, si bien sûr vous n’y brûlez que du bois. Les cendres ont un fort apport en potassium, et le charbon de bois est un traitement naturel contre les maladies cryptogamiques : double action pour un seul produit recyclé (lire : La cendre est-elle bonne pour les plantes ?).
Votre compost peut bien sûr y être ajouté.
Un apport en fumure organique est toujours souhaitable avec un dosage plus important sur les planches de légumes voraces.

Renseignez-vous bien sur les besoins des divers types de légumes que vous allez installer et essayez de les respecter au mieux. Un légume cultivé dans de bonnes conditions sera moins sensible aux attaques des maladies et des parasites. Achetez-les sur place aux producteurs de la région et mettez-les en terre au bon moment, surtout pas de précipitation !

>> Lire : Pourquoi acheter des graines bio ?

Un écosystème à recréer

Nichoir à oiseauxN’oubliez pas qu’un potager bio est un écosystème complexe, il faut attirer les animaux utiles, comme les petits oiseaux pour lesquels on fabriquera des nichoirs, un vieux tas de bois au fond du jardin sera un abri idéal pour une famille de hérissons. Et pourquyoi pas y planter un arbre, utile à bien des égards (lire : Planter un arbre au potager) ?

Plantez de la sauge qui attire les abeilles nécessaires à une bonne pollinisation de vos légumes.

Vous pouvez aussi commander des insectes auxiliaires utiles qui s’attaqueront aux aleurodes et autres pucerons : il existe une solution naturelle pour éradiquer chaque ravageur.

N’oubliez pas lors de l’élaboration de votre plan de tenir compte des bonnes associations par exemple les carottes et les oignons qui se protègent mutuellement contre leurs parasites respectifs. L’œillet d’Inde est un bon répulsif, il devrait être semé en ligne pour encadrer les planches alliant ainsi utilité et apport de couleur. Il est amusant et instructif de faire vos propres expériences et de noter les résultats au fil des années.

En mettant ces conseils en pratique, vous vous régalerez bientôt de fruits et légumes sains et redécouvrirez des goûts étonnants. Plaisir des sens garanti !

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage