pictogerbeaud.com

Eliminer le gui

Tel un vampire, le gui aspire la sève des plantes hôtes pour se nourrir et croître jusqu'à anéantissement complet du sujet. Un seul remède, la suppression des pousses avant succion complète !

Toute une légende

Touffe de gui dans un arbreLe gui est empreint de légende. Dans la culture médiévale, les druides lui prêtaient nombre de vertus qui pouvaient venir à bout des poisons les plus forts, combattre l'infertilité et surtout protéger contre la sorcellerie. Lors d'une cérémonie, la sixième nuit du solstice d'hiver, le gui était alors coupé par un druide à l'aide d'une serpe d'or. Aujourd'hui, les druides ont disparu et le seul pouvoir encore attribué au gui est celui de sceller l'amitié en s'embrassant dessous. C'est mieux que rien !

.

Impossible parasite

Gui (détail des fruits)Le gui se remarque principalement en hiver. C'est à ce moment précis qu'il est pratique de s'y attaquer, car aucune autre feuille ne gêne notre approche. Normal. Lorsque les arbres sont dénudés, le gui conserve tout son panache en pompant la sève de l'arbre sur lequel il est perché. Grâce à son suçoir, qui s'enfonce chaque année un peu plus profondément dans son hôte, il l'épuise jusqu'à anéantissement complet. Car ce petit parasite est patient. Il peut vivre pendant trente ans sur son hôte. Charmant programme ! Ce qui ne l'empêche pas d'avoir les faveurs de ces dames grâce à son feuillage persistant d'un vert luisant et à ses petites boules blanches presque translucides. Un parfait combiné pour un vase au milieu du salon. Et également un parfait parasite auquel il faut s'attaquer dès qu'on l'aperçoit sur les poiriers, les pommiers, les noisetiers ou les peupliers...

Méthodes de destruction

Le plus simple est de couper, à l'aide d'un sécateur, les touffes de gui à la base et de creuser ensuite cette base jusqu'à ôter complètement le pivot destructeur. Il ne faut pas avoir peur de s'enfoncer dans la branche de l'arbre, c'est pour son bien ! Une fois le méfait accompli, il suffit de remplir la brèche à l'aide de mastic cicatrisant. Si l'année suivante le gui réapparaît, la seule vraie solution consiste alors à couper la branche touchée suffisamment loin du point d'attache pour éviter une repousse. Une méthode certes radicale, mais qui évite bien des dégâts. Et qui peut même être l'occasion idéale pour pratiquer une petite coupe d'hiver à ses fruitiers...

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage