pictogerbeaud.com

Zoom sur le noyer

Le noyer n'est pas un arbre que l'on peut retrouver dans tous les jardins. Au-delà de la Loire, le climat trop froid l'empêche de se développer. Une triste nouvelle pour les nordistes qui devront se contenter d'un voyage au Périgord, véritable pays des noix, pour admirer cet arbre dont les fruits à coques font le bonheur des gourmands à l'automne.

Le noyer, arbre à glands... de Jupiter

NoyerAh, l'automme! Saison annonciatrice du grand froid, mais qui sait aussi nous délecter de quelques petits trésors comme les champignons, les châtaignes, les pommes, les raisins... sans oublier les noix, issues du noyer.

Cet arbre dédié par les Romains à Jupiter appartient aujourd'hui à la famille des juglandacées, dont les fruits, naturellement devenus les « glands de Jupiter », se ramassent lorsque la coque est déjà fendue. Signe que la noix est fin prête à être dévorée...

Reines dans le Périgord et le Grenoblois, qui bénéficient d'une AOC pour ces cultures, les noix ne poussent malheureusement pas sur tout le territoire français. Le noyer est en effet un arbre sensible au gel précoce du printemps, même s'il peut être cultivé jusqu'à 1000 m d'altitude. Pouvant atteindre 20 à 25 m de haut et l'âge respectable de 300 ans ; il ne donne généralement plus de fruit après 70 ans. Pour sa culture, lui préférer un sol profond, riche, bien drainé, argileux. Il supporte le calcaire, pousse en pleine lumière, mais n'apprécie pas les vents forts. Difficilement multipliable, il vaut mieux acheter son noyer auprès de revendeurs spécialisés, ou bien avoir un certain doigté pour pratiquer un greffage en fente anglaise au mois d'avril, seul moyen pour reproduire fidèlement un plant.

Greffe en fente anglaise

Sur un rameau, faire un biseau bien plat de 3 cm de long. Sur le greffon de même diamètre et possédant un œil, pratiquer à l’opposé de l’œil, un biseau de même longueur. Ajuster les 2 parties, ligaturer et mastiquer le sommet du rameau.

>> Lire : Greffe en fente

Utilisations

Noix dans sa gangueLes cerneaux de noix enfermés dans leur coque se consomment purs. Certains les adorent frais, tout juste cueillis, d'autres préfèrent laisser sécher les noix quelques mois dans un endroit frais et les dégustent tels des fruits secs... Mais le noyer est surtout un bois réputé en marqueterie et en ébénisterie pour la qualité de ses veinures. Les racines du noyer appelées ronce de noyer servent également de revêtement dans certaines voitures de luxe...
La coque du fruit récolté jeune sert enfin à fabriquer le brou de noix, une teinture pour bois (lire : Les plantes tinctoriales), totalement naturelle, mais très tachante. Le vin de noix peut également être préparé à partir des fruits et des feuilles. Ces dernières sont aussi reconnues pour leurs capacités à éloigner les insectes telles les fourmis, les mouches et les punaises.

Recette du brou de noix (teinture pour bois)

Prendre des noix vertes pas encore formées (c'est en fait la gangue de la noix qui va donner le brou), écraser et réduire en poudre. Verser dessus de l'eau bouillante, laisser infuser, filtrer. A conserver à l'abri de la lumière. Attention : le brou de noix tache la peau, et est très difficile à faire partir. Ne pas oublier de mettre des gants !

Légendes urbaines

La superstition populaire voudrait que le noyer empêche la croissance des autres plantes poussant dans son voisinage. En effet, le juglon, substance sécrétée par le noyer s'oxyde une fois au sol. Présent dans les feuilles et l'écorce, le juglon empêcherait alors la germination des graines en perturbant la croissance des autres plantes. Cette particularité doit être à l'origine de la légende qui incite les voyageurs à ne pas se coucher sous un noyer ( maux de tête garantis!!). De même, les feuilles tombées une fois l'automne passé ne sont pas à mettre dans le compost, car réputées toxiques !!!

Faustine Milard

Crédit photos : (1) Lukáš Mižoch ; (2) the supermat

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage