pictogerbeaud.com

Pour des figues à foison

Parce qu'on adore les figues sous toutes leurs formes, et que l'on n'a jamais assez d'un seul figuier dans le jardin, le temps est venu de lui faire faire des petits. Les techniques les plus sûres ? Le marcottage et le bouturage, pas si difficiles que cela à réaliser.

Quelques généralités sur le figuier

Figuier et figueLe figuier (Ficus carica) est l'arbre-emblème du bassin méditerranéen où il est très largement cultivé et utilisé en cuisine. Il pousse aujourd'hui naturellement dans nos contrées, mais doit son nom à sa région d'origine, la Carie, ancienne province d'Asie Mineure.

Il s'agit d'un arbre assez robuste qui doit de préférence être placé dans un endroit ensoleillé. Bien que résistant au froid (jusqu'à – 15°C), il est conseillé de l'installer près d'un mur, orientation sud. Il s'accommode de tous les types de sols même s'il admet un penchant pour ceux à tendance sablonneuse profonds et fertiles.

Ses besoins en eau peuvent être copieux si le climat devient trop chaud, toutefois le figuier reste un arbre sensible au pourrissement lorsqu'il y a surabondance d'humidité.

Très prolifique, un figuier peut commencer à donner quelques figues dès sa deuxième année d'implantation. Mais entre les confitures qui se dévorent toute l'année et les fruits directement volés sur l'arbre, les jardiniers gourmands n'en ont jamais assez ! Pour éviter cette frustration et le coûteux achat d'autres arbres, il faut alors s'intéresser de près aux méthodes de multiplication dont certaines fonctionnent particulièrement bien sur le figuier.

Le marcottage de base chez le figuier

Entaille sur la branche de figuierSur un figuier, deux méthodes de marcottage peuvent se pratiquer et dans tous les cas sont à réaliser dès le mois de juin et avant la fin de l'été.

Marcottage aérien

La première technique de marcottage chez le figuier est le marcottage aérien, où l'enracinement est provoqué en installant un manchon sur une tige, préalablement débarrassée de quelques-unes de ses feuilles à l'emplacement du marcottage. Entaillée en biseau avec un cutter ou même dépecée d'un peu de son écorce tout autour, la branche formera ensuite des racines au bout de quelques semaines.

.

marcottage aérien du figuierLe manchon (film plastique imperméable) est ensuite attaché à la branche et rempli d'un mélange à base de terreau humide et léger avec une hormone de bouturage appliquée préalablement sur la partie à vif... Le tout est hermétiquement fermé aux deux extrémités à 5 cm en dessous de la plaie. Certains jardiniers protègent ce manchon de la lumière, ce qui est préconisé pour un enracinement plus rapide, mais pas indispensable. Lorsque des racines se sont enfin formées, on peut couper la branche de son pied mère en dessous de ces nouvelles racines et replanter ce bébé fruitier dans un pot.

Marcottage au sol

Autre techniue de marcottage siple à réaliser chez le figuier : le marcottage au sol. Le bois du figuier étant très souple, on peut imaginer enterrer sur plusieurs parties une branche basse directement dans le sol en ayant auparavant pratiqué une incision sur la partie qui sera enterrée et l'avoir badigeonnée (ou saupoudrée) d'hormone de bouturage. La branche sera maintenue au sol par une grosse pierre. Lorsque les racines sont formées à l'endroit désiré, la branche est coupée de sa matrice.

Cette opération peut s'effectuer sur une branche non désirée sur le figuier en place, ou bien sur une branche particulièrement élégante. Un gourmand qui est déjà monté droit comme un "I" à la recherche de la lumière peut être un bon départ, de même qu'un bout de branche se terminant en étoile, assurant le jardinier de la croissance d'un figuier en forme de bosquet une fois en terre.

.

Et le bouturage du figuier ?

bouturage du figuierCette méthode de multiplication peut également être envisagée pour un figuier dès la fin des gelées, même si l'été reste la période la plus adéquate. Une des méthodes reconnues pour le bouturage du figuier consiste à faire une "bouture à l'étouffée".

La bouture prélevée doit mesurer entre 15 et 25 cm. Elle est préalablement coupée en biseau et trempée dans une hormone de bouturage (ou de l'eau de saule) pour favoriser la repousse des racines. Puis elle est placée dans un grand sac plastique translucide et à l'ombre, dans une terre riche en humus, en laissant dépasser quelques yeux. Cette branche provenant de l'arbre-mère a de grandes feuilles dont il est conseillé de couper un peu les extrémités pour favoriser la reprise. On perce ensuite des trous dans le sac dès que des feuilles poussent pour une plantation en pot ou en terre le plus tôt possible.

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage