pictogerbeaud.com

Le lin, les pommes de terre et le doryphore

Voir ses plants de pommes de terre anéantis par les doryphores n'est aujourd'hui plus qu'un mauvais souvenir. En alternant une rangée de pommes de terre et une rangée de lin annuel, on peut en effet espérer voir ses plants fructifier sans qu'aucune attaque de ravageurs ne vienne réduire la récolte à néant.

Le doryphore, parasite des pommes de terre

Le doryphore (Leptinotarsa decemlineata) est un insecte de l'ordre des coléoptères, au même titre que son cousin le scarabée. Mais contrairement à cette charmante petite bête, le doryphore, lui, raffole des jeunes plants de pommes de terre et autres solanacées comme les aubergines et les tomates.

Facilement reconnaissable grâce à sa tête jaune et son corps rayé en jaune et noir, ce parasite installe ses oeufs sous les feuilles des plants une fois le sol suffisamment chaud pour sortir de terre. Le cycle complet entre l'oeuf et l'insecte prend en moyenne un bon mois.

Doryphore (adulte)
Doryphore (adulte)Agrandir l'image

Prévention des attaques de doryphores : semez du lin !

Pour éviter que des colonies ne viennent donc dévorer les jeunes plants de pomme de terre, il existe une solution écologique des plus faciles. Lors de la plantation de ses rangs, il suffit d'alterner un rang de pommes de terre avec un rang de lin annuel à fleurs bleues.

Lin - Linum usitatissimum
Lin - Linum usitatissimumAgrandir l'image

Semez le lin en place à la volée, d'avril à juin, après avoir préalablement creusé de petites tranchées que l'on recouvrira succinctement d'un peu de terre. Une méthode qui ne demande aucun entretien. Et qui s'avère autrement plus facile que d'aller à la pêche aux oeufs, larves et insectes en les détruisant un à un, ou de brûler toute sa récolte...

Même sur des pommes de terre déjà plantées, à condition que les plants soient encore sains, il n'est pas trop tard pour semer du lin. Cette barrière écologique à l'action répulsive mettra juste un peu plus de temps à se mettre en place et il faudra donc surveiller attentivement sa récolte en attendant le développement du lin. Mais une fois en place, les doryphores ne passeront plus! A la fin de la saison, il suffit alors de récolter les graines de lin et de les conserver pour l'année suivante.

Autres méthodes écologiques pour lutter contre le doryphore

D'autres méthodes écologiques font également leurs preuves dans les potagers. L'utilisation du datura et du ricin font partie de celles-ci. Des pieds de l'un ou de l'autre plantés en bout de rang de pomme de terre attirent les doryphores et ont la faculté d'empoisonner les larves. Résultat, un anéantissement sans effort des colonies de dsoryphores implantées dans son jardin.

Mais, si ces plantes sont dangereuses pour les doryphores, elles le sont aussi pour l'homme. Les graines et les feuilles de ricin sont en effet toxiques au même titre que le plant entier de datura qui ne doit en aucun cas être touché par les enfants. Utilisé chez certains peuples d'Amazonie pour ses effets hallucinatoires, il peut tout aussi bien envoyer son utilisateur au septième ciel qu'à l'hôpital psychiatrique. Alors prudence!

Enfin, pour ceux qui envisageraient d'utiliser la roténone pour lutter contre le doryphore, sachez que cette molécule d'origine végétale agit par contact en paralysant le système nerveux des insectes et des animaux à sang froid. Il s’agit en fait d’un insecticide de "choc", actif sur les pucerons, les doryphores, les poissons, les vers de terre, les coccinelles, ainsi que sur les abeilles et autres pollinisateurs... Un vrai désastre écologique à bannir de son jardin !

Doryphore (larve)
Doryphore (larve)Agrandir l'image

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage