pictogerbeaud.com

Taille de fructification

Après la taille de formation vient la taille de fructification. Exemple avec le pommier, qu'une taille douce suffit à rendre productif chaque année.

Différentes tailles

Durant les quelques années qui suivent la taille de formation, on n'intervient généralement pas sur les arbres fruitiers, ce qui leur permet de s'organiser naturellement.

Il faut par la suite surveiller chaque arbre et intervenir certaines années et non tous les ans, comme on serait tenté de le penser.

On propose ici un aperçu de "taille douce", qui limite les interventions. Le pommier nous servira d'exemple, mais ces grands principes sont valables pour quantité d'autres arbres fruitiers.

.
Eclaircie de la ramure (arbre fruitier)

Eclaircie de la ramure

.

Objectifs de la taille douce

On va globalement se livrer à des opérations d'élagage, dont les buts sont multiples :

4 grandes opérations peuvent être pratiquées, qui toutes visent à stimuler naturellement la mise à fruit.

Eclaircir

Il faut que la ramure soit bien aérée pour que les feuilles et les fruits bénéficient d'un éclairement satisfaisant.

On va donc pratiquer sur l'ensemble de l'arbre (et pas seulement en son centre !) une opération de nettoyage, qui consiste à supprimer le bois mort, les branches mal placées, qui contrarient le développement des autres, les brindilles en surnombre...

C'est un "désépaississement", à l'image de celui que pratique le coiffeur dans votre chevelure !

Pour travailler, n'hésitez pas à prendre régulièrement du recul, ou faites-vous aider d'un assistant qui guidera votre main !

On coupe complètement

Un grand principe de taille : ne jamais couper une branche à moitié. Si on décide de supprimer une branche, on sectionne au ras d'un embranchement, jamais en plein milieu. Cette règle évite de laisser des chicots, et induit une cicatrisation à l'endroit où elle se réalise le mieux.

Rajeunir

Taille de rajeunissement

Bois vieux ou mort supprimé; vert : Renouvellement

Après cette première opération, le rajeunissement va consister à anticiper le renouvellement des branches fruitières, qui s'opère naturellement. Pour cela, observez les branches : les pousses de renouvellement partent vers le haut. Celles qui ont déjà largement fructifié sont courbées vers le bas, de même que le vieux bois. C'est là encore une affaire de coup d'oeil.

.

Simplifier

Simplification des branches

Simplification : taille en 1, 2 ou 3

Le principe est un peu le même que celui du rajeunissement. Mais l'on s'attaque cette fois à des branches épaisses, mal ramifiées, qui fructifient peu. Pour stimuler l'apparition de rameaux ployés, d'arcures propices à la mise à fruit, on va « simplifier » la structure, en supprimant des embranchements, en raccourcissant...

Cette opération, facultative et qui exige un peu plus d'habitude, induira l'apparition de nouveaux rameaux sur des branches vieillissantes.

Réduire

Le terme réduction désigne la taille réalisée pour réduire l'encombrement d'un arbre fruitier devenu trop imposant.

Sans modifier, là non plus, la structure de l'arbre, on va raccourcir les extrémités des rameaux en les taillant à 1 ou 2 ramifications de l'extrémité.

On conserve ainsi la silhouette globale; le volume occupé est réduit; l'arbre va reprendre la ramification davantage vers l'intérieur.

La bonne époque

Il n'y a pas de règle absolue, mais le coeur de l'hiver est une saison propice, à condition qu'il ne gèle pas. Pour pommier, poirier, pêcher ou abricotier, la première quinzaine de février est généralement bien adaptée.

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage