pictogerbeaud.com

Un beau jardin sans eau, c'est possible !

Le climat se réchauffe, c'est indéniable. Pourquoi ne pas prendre en compte ce facteur dès la plantation, en choisissant des plantes économes en eau ? Non, ce ne sont pas toutes des cactus ou des plantes grasses !

Un jardin sans eau : pourquoi faire ?

fleur de jardin secLe réchauffement climatique, on commence à en percevoir les premiers effets, avec des étés chauds voire caniculaire... Au sud, certes, mais également au nord, ce qui est nouveau.

Ces fortes chaleurs, conjuguées à une exploitation de l'eau pas toujours des plus raisonnables laissent à penser que les gazons vert vif à force d'arrosage sont bel et bien derrière nous...

Que faire ? Fort heureusement, cette tendance au réchauffement et cette volonté d'économiser l'eau ne signifient pas nécessairement des jardins tristes, tout secs et garnis de plantes rabougries ! Il existe quantité de plantes sobres, qui se contentent de très peu d'eau, d'un sol quelconque ou caillouteux, et fleurissent pourtant très bien !

Des plantes sobres : comment ?

Ces plantes, comment font-elles pour supporter les grosses chaleurs ?

De façon générale, il faut le reconnaître, ce sont pour commencer des végétaux robustes, résistant, qui ne virent pas de la feuille au premier coup de chaud.

Ils possèdent généralement des racines profondes, ancrées dans le sol, souvent secondées par un deuxième circuit racinaire dit "de surface", à même de capter la moindre goutte de pluie.

Et puis... Dame Nature est pleine d'astuce :

Règles de base pour une installation réussie

Il y a 3 ou 4 choses à savoir pour assurer une mise en place correcte de plantes économes en eau.

Des plantes adaptées au climat et au sol

La première des choses à faire est d'adopter des végétaux qui viennent bien et/ou naturellement dans votre sol. Ce dernier n'est pas acide ? Oubliez les plantes de terre de bruyère. Des coquelicots poussent spontanément ? Pourquoi ne pas semer des pavots de Californie ? Etc.

Nous vous donnons quelques exemples un peu plus loin; le mieux est encore de discuter avec un "vieux Papy" ou une "vieille Mamie" qui a toujours jardiné là, de vous inspirer des parcs et jardins qui se visitent dans votre région, mais encore de déterminer quels types de plantes poussent spontanément sur les terrains vagues et les bords de route. Instructif.

A ce titre, même si les municipalités ne donnent pas toujours le meilleur exemple dans la gestion des ressources naturelles, vous pourrez constater qu'aujourd'hui les grands massifs verdoyants et fortement fleuries laissent progressivement la place à des mélanges plus "secs", à base de graminées ou de semis d'annuelles nécessitant beaucoup moins d'arrosage.

Plantez avec soin...

On le répète encore : une plantation doit être réalisée avec soin. Songez que c'est à cette étape que se joue "l'intégration" de la nouvelle plante dans votre jardin. Faites donc un trou généreux, assez profond puisque ces plantes "chameau" enfoncent leurs racines dans le sol.

Puis...

... et au bon moment !

Le meilleur moment pour les plantations, c'est l'automne. Cette arrière saison facilite les reprises, en raison d'une humidité ambiante plus élevée, de températures moins fortes en journée...

Il est bien sûr possible de planter au printemps, voire au début de l'été, mais il vous faudra alors davantage surveiller vos jeunes sujets et... les arroser un tant soit peu !

Un bon paillage

Après la plantation, ayez systématiquement recours au paillage. Ecorces, paillettes de lin, feuilles mortes... En protégeant ainsi le sol, vous limitez l'évaporation et la terre se dessèche moins rapidement. Favorable aux racines des plantes, mais également à la vie souterraine (lombrics...) qui est ainsi stimulée.

>> Lire la suite : des plantes économes en eau

Voir aussi les diaporamas :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage