pictogerbeaud.com

Qu’est ce que le paysage ?

Aujourd’hui, nous entendons parler autour de nous, et de plus en plus, de "paysage". Que ce soit à l’échelle d’un jardin de particulier, d’un parc ou d’un plus grand territoire. Ou même d’un simple rebord de fenêtre ou d’un intérieur...

Mais qu’est-ce vraiment que le paysage ?

Nicolas Poussin - Arcadia

Nicolas poussin – et in arcadia ego – 1642 – un des premiers peintres de paysage – L’histoire racontée est encore plus importante que le paysage mais celui-ci construit l’arrière plan du tableau.

A l’échelle d’un jardin ou d’une terrasse, que signifie t-il ?

Si vous ouvrez un dictionnaire et que vous allez sur le terme "paysage", voici ce que vous pourrez trouver : "Etendue d’un pays qui s’offre à la vue". Mais ceci n’est qu’un exemple, en effet, il n’existe pas une véritable définition du paysage mais plutôt diverses notions.

Le terme "paysage" apparait très tard. En effet, on ne le voit apparaître que vers 1549, et il est plutôt lié à la peinture. Il désignait un tableau qui représentait la "nature" puis par la suite, la ville. Aujourd’hui, si nous reprenons la définition citée ci-dessus, le paysage n’est plus seulement un tableau mais bel et bien une portion de territoire que nous regardons. Ainsi, ce terme est totalement lié à l’Homme puisque sans regard, il n’y a plus de paysage. Il existe donc la notion de perception, le paysage a besoin d’être vu pour exister. Ainsi, Augustin Berque dira : "le paysage est différent de la nature car il est un regard sur la nature". Ainsi, la nature, la ville... sont les "objets véritables" et le paysage est le regard que nous portons sur eux.

Magritte - La clé des champs (1936)

Magritte – La fenêtre comme cadre et ouverture sur le paysage

Il existe deux autres notions lorsque nous parlons de paysage :

Le jardin, miniaturisation du paysage

Vermeer - Vue de Delft

Vermeer – Vue de Delft – 1658 – un fameux peintre de paysage hollandais – La Hollande fera du paysage son domaine de prédilection en terme de peinture – la ville devient paysage, la "nature" n’a plus seule ce privilège.

Le jardin, quant à lui, est une sorte de miniaturisation du paysage ou au contraire est une prolongation de celui-ci. Il est comme le paysage, lié entièrement à l’Homme. Au moyen-âge, les jardins étaient clos de murs. Ils n’avaient aucun lien sur l’extérieur et le grand paysage. En effet, ils étaient une symbolisation du jardin d’Eden. Ils étaient contemplés de l’intérieur et offraient une multitude de symbolismes liés au paradis perdu. L’extérieur était vécu comme dangereux et voué à l’enfer. Ceci est aussi le cas avec les jardins musulmans. Les jardins dits "zen" sont un art de vivre, notamment au Japon, où le jardin est un véritable art de vivre. Il est toujours clos de murs mais représente cette-fois-ci le paysage extérieur en miniature en l’interprétant et l’idéalisant. Ainsi, ces quelques exemples montrent que les jardins sont une perception et un regard, que nous portons sur les choses qui nous entourent.

Aujourd’hui, dans notre société, il existe deux grandes tendances : ceux qui veulent se cacher du regard des autres et qui se créent un mini paysage "paradisiaque" au sein de leur jardin et d’autres qui se raccordent au paysage environnant et qui jouent avec lui en créant des points de mire, des points de fuite... Au milieu, il y’a cette part d’interprétation que chacun se donne afin d’être le mieux dans son jardin. On fait toujours un jardin pour soi et non pour les autres.

Nous terminerons cette introduction avec cette citation :

"Le paysage est le médiateur entre l'Homme et la Nature." (Michel Zeraffa)

Mélanie Dupuis
Architecte paysagiste
http://melodye.over-blog.net/

Ouvrages conseillés

Versailles - D.R.

Le Nôtre et le jardin à la française de Versailles – Un jardin fait pour Louis XIV qui utilise la perspective et le paysage environnant pour montrer sa puissance. A l’inverse, nous retrouvons des espaces plus "intimes" dans ce jardin, qui permettent de s’isoler de ce côté majestueux.

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage