pictogerbeaud.com

Créer un escalier au jardin

La création d'un escalier est une bonne solution pour faciliter la circulation dans un jardin en pente et passer aisément d'un niveau à un autre, mais également une belle occasion d'animer et embellir le jardin.

Un tracé étudié pour un escalier intégré à son espace

Une volée de quelques marches ou un escalier plus conséquent installés dans le jardin vont capter le regard. Il est donc tout aussi important de penser à leur côté esthétique qu'à leur côté pratique.

La plupart du temps, les marches d'un escalier de jardin sont orientées perpendiculairement à la pente. Si ce tracé correspond à la mise en place la plus simple, il n'en est pas pour autant obligatoire. Si l'espace s'y prête, n'hésitez pas à faire tourner votre escalier vers la droite ou vers la gauche afin d'apporter un peu de fantaisie et d'obtenir un rendu plus agréable à l'oeil, surtout si l’escalier est long.

Escalier en pierre dans un jardin japonais
Escalier en pierre dans un jardin japonaisAgrandir l'image

Si l'escalier doit être long mais que vous n'avez pas la place de le faire tourner, la mise en place de paliers intermédiaires permet de créer des emplacements parfaits pour accueillir quelques pots ou aménager un petit massif ; fleurir un escalier est un bon moyen pour l'intégrer au paysage.  De plus, les paliers vous le feront paraître plus facile à monter !

D'un point de vue pratique

Le choix des matériaux

Bois, béton, pierre naturelle, carrelage... le choix du matériau dépend de la fréquentation de l'escalier, de son style, et du budget. Près de la maison (accès à une entrée, un garage...), il est préférable que l'escalier soit pratique, propre et facile à entretenir du type béton ou dalles sciées (ardoises, schistes... ). Au milieu du jardin, on privilégie des matériaux plus rustiques, à l'aspect naturel, qui s'intégreront davantage à leur environnement comme des rondins de bois ou des grosses pierres sèches.

Escalier en bois et sable
Escalier en bois et sableAgrandir l'image

Le bois

Il est facile à utiliser, il apporte un côté chaleureux, naturel mais a une durée de vie limitée. Il est utilisé sous forme de rondins ou de planches tenus par des piquets et utilisés comme contremarche. Des poutres suffisamment larges peuvent faire office, quant à elles, de marches monoblocs.

La pierre

On apprécie son aspect rustique et pérenne : de grosses pierres ou de gros pavés peuvent être utilisés pour réaliser des contremarches, le gravier ou les dalles sciées pour habiller les marches, des blocs de pierre naturelle ou reconstituée comme marches monoblocs.

Le béton

Il est utilisé pour confectionner des marches monoblocs ou pour réaliser des escaliers maçonnés, avec ou sans habillage. L'escalier en béton maçonné est souvent l’option retenue pour un grand ouvrage du fait de son coût plus attractif, et ce, malgré une mise en oeuvre lourde (coffrage, coulage du béton, etc.).

Un escalier sans habillage en béton brut conviendra à un jardin moderne et d'inspiration « zen ». Il existe également des bétons ornementaux à l'aspect gravillonné (lavés ou désactivés) qui laissent apparaître les graviers de couleurs à la surface. Les habillages possibles sont nombreux. Ce sont les mêmes matériaux que l'on utilise comme revêtement sur les terrasses : dalles, briques (rustique), carrelage, enduit... le choix est vaste et se fera en fonction du style et du budget.

Viel escalier en pierres
Viel escalier en pierresAgrandir l'image

Les marches

Les bonnes dimensions pour un confort optimal

Il est estimé que pour un confort optimal il faut tenir compte du calcul suivant : 2 x Hauteur de marche (contremarche) + la profondeur de marche (giron) = 65 cm (l'amplitude d'un pas).

En outre, la bonne hauteur pour une marche se situe entre 12 et 18 cm.

Le calcul de la largeur de l'escalier est laissé à votre appréciation ; tenez compte de sa fréquentation (possibilité de passer à deux de front), de l'espace disponible, du rendu visuel, du type de matériau utilisé (largeur des blocs, des rondins...) et du travail engendré.

Bien entendu, suivant la fonction et la position de votre escalier dans le jardin, certaines libertés peuvent être prises avec les règles de dimensionnement des marches. Cependant, essayez au maximum de préserver une hauteur constante afin d'éviter le plus possible les faux pas !

Marches d'escalier
Marches d'escalierAgrandir l'image

Cas d'une longue pente douce

Une pente douce étalée sur de nombreux mètres accepte des marches plus basses et plus profondes. On les appelle des gradines ou pas d'âne. Le rendu visuel est agréable de même que l'utilisation. Sa profondeur conseillée est de 1 giron + 2 ou 4 pas de 65 cm, avec un changement de pied à chaque montée de contre-marche.

Jardin en pente douce
Jardin en pente douceAgrandir l'image

La création de paliers

Si la pente oblige la création de nombreuses marches à la file (plus de 8 généralement), il sera plus confortable d'envisager la création de paliers, une surface pouvant recevoir 2 pas entre 2 volées de marches, cela afin d'éviter la fatigue et la lassitude.

Des marches inclinées

Les marches (notamment les marches maçonnées) doivent idéalement présenter une légère déclivité (1 à 2 %) pour permettre l’écoulement des eaux de pluies.

Les étapes de la construction

  1. Mesurer la hauteur de l'escalier et calculer le nombre de marches en fonction des règles de calcul de dimensionnement des marches.
  2. Réaliser le profil de l'escalier : creusez l'emplacement des marches en tenant compte de l'épaisseur des matériaux qui seront utilisés (pour les marches comme pour les contre-marches).
  3. Poser les marches :
Escalier en béton décoré
Escalier en béton décoréAgrandir l'image

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage