pictogerbeaud.com

Gigérine, la cultiver et la cuisiner

La gigérine est une variété de pastèque utilisée en confiture, d’où son nom « pastèque à confiture ». On la sème au jardin sur une terre réchauffée, et sa culture est facile.

La gigérine, une pastèque un peu spéciale

Gingérine, barbarine, méréville, citre… la gigérine a plus d’un nom à son actif. Comme toutes les variétés de pastèque (Citrullus lanatus), la gigérine appartient  à la famille des Cucurbitacées. Crue, elle ne se mange pas. On la cuisine en confiture, gelée, ou fruits confits. La préparation étant fastidieuse (il faut enlever tous les pépins) on a tendance à moins la cuisiner et donc moins la voir sur les marchés… C’est cependant dans le sud, notamment en Provence, que l’on cultive et cuisine le plus la gigérine. Elle peut prendre deux formes : soit ronde et verte striée, soit ovale et vert pâle.

Gigérine, ronde
Gigérine, rondeAgrandir l'image

Culture de la gigérine

Le meilleur moyen de démarrer la culture de la gigérine est le semis de graines. Les graines de gigérine se sèment en mai et la récolte a lieu au plus tôt en août. La gigérine se cultive comme n’importe quelle autre pastèque.

>> Lire : Pastèque : semis, culture et récolte

Gigérine, ovale
Gigérine, ovaleAgrandir l'image

Préparation du sol

Les graines peuvent être semées en pleine terre, dans un sol bien préparé en profondeur, nettoyé de toutes racines et adventices, riche et bien drainé. Il faut lui prévoir suffisamment d’espace car, comme la plupart des courges, elle court sur le sol. On prévoit 1 m d’espacement entre deux plants.

Quand semer la gigérine ?

Le semis en place a lieu en mai, lorsque tout risque de gelées est passé, généralement après les Saints de Glace, selon les régions. Vous pouvez aussi semer la gigérine en godet sous châssis ou en serre le temps que la température monte (20°C) et que la terre se réchauffe. Les plants seront alors repiqués.

Exposition

Les gigérines aiment le soleil et la chaleur.

Fleur de gigérine
Fleur de gigérineAgrandir l'image

Arrosage

La gigérine a besoin de beaucoup d’eau ! C'est une vraie gourmande ! L’état des feuilles vous indiquera si elle a soif. Les gigérines ont besoin d’arrosages réguliers et copieux au pied (évitez de mouiller le feuillage, afin de limiter le risque de maladie cryptogamique) surtout pendant la période chaude. Paillez le pied pour éviter l’évaporation de l’eau (lire : Economiser l'eau au potager).

Paillage du pied
Paillage du piedAgrandir l'image

Résistance au froid

La gigérine (qui est de toute manière une plante annuelle) ne supporte pas le froid. Dès que l’hiver arrive, la plante meurt et il faut la ressemer le printemps suivant.

Engrais

Pour aider la formation des fruits sur le pied, il est impératif d’avoir un sol très fertile. Prévoyez un bon apport de compost à l’automne sur la parcelle prévue.

La taille

Si vous habitez une région qui n’a pas assez de soleil, inutile de conserver tous les fruits sur le pied. Gardez-en 2 ou 3 que la plante sera capable de nourrir. Dans les autres cas, pas de taille nécessaire. On pince après le dernier fruit.

Maladies

L’oïdium est la principale maladie qui touche la gigérine. Chaleur et humidité ne font pas bon ménage sur son feuillage atteint par cette maladie cryptogamique (due à un champignon). On peut agir uniquement en prévention : éviter le confinement, faire des pulvérisation à base de soufre, ou des décoctions d’orties ou de prêle qui aident la plante à renforcer ses défenses. Pour les mêmes raisons, on évite aussi le contact des fruits sur la terre : on les pose sur une tuile.

Chair et pépins
Chair et pépinsAgrandir l'image

Récolte des gigérines

Les gigérines se récoltent à partir d'août ou septembre selon le climat et la date des semis. Chaque fruit peut peser entre 3 et 5 kilos, voire davantage. La chair est blanche, peu sucrée, avec beaucoup de pépins. Vous pouvez en profiter pour récupérer les graines et en donner autour de vous pour être semées au printemps prochain ! La gigérine ne se mange pas crue.

Cuisiner la gigérine en confiture

Les jardiniers cuisinent la gigérine principalement en confiture ou gelée. Et chacun y va de son arrangement personnel : agrémentée de rhum, de vanille, de citron, de noix, de cannelle, d’écorces d’orange, de badiane… D’après quelques connaisseuses provençales la recette de base est la suivante : 1 kg de fruit (sans pépin) pour 500g à 1 kg de sucre, un demi citron et un bâton de vanille. On coupe le fruit en quartiers pas trop fins pour profiter des fruits confits. On cuit doucement l’ensemble sans ajout d’eau et par couches successives : les fruits, puis le sucre, le citron, la vanille. Et on finit par une couche de sucre. Couvrez d’un linge et laissez macérer 24h. Refaites cuire à nouveau pour finir de confire les fruits et épaissir la confiture devenue toute dorée. Réitérer si besoin. Otez la vanille et mettez en pots !

>> Lire aussi : Conserves et confitures maison : mettez les saveurs d'été en bocaux

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage