pictogerbeaud.com

Désherber manuellement, c'est naturel !

Vous préférez jardiner dans le respect de la nature, nous aussi ! Mais comment éviter de se laisser envahir par les herbes indésirables, sans recourir aux produits chimiques ? Voici conseils et astuces pour venir à bout des mauvaises herbes en douceur et de manière écologique.

Prévenir l’apparition des mauvaises herbes

Ce tout premier conseil vous paraîtra curieux, et pourtant… Nous vous recommandons de désherber AVANT que surgissent les touffes indésirables. Pour cela, binez régulièrement votre terrain afin de stopper la germination. S'il est trop tard, commencez par biner en début de saison puis appliquez un paillis au sol quand il est encore chaud.

Binage
BinageAgrandir l'image

Quand désherber ?

Au printemps comme en été, agir avant la montée des plantes en graines limite la propagation des herbes indésirables. Essayez de démarrer le désherbage tôt dans l'année, lorsque les « mauvaises herbes » sont encore peu développées. Il faudra par la suite répéter ce processus durant toute la saison. Laissez-les sortir et griller au soleil quelques jours puis ratissez avec soin, elles seront d'autant plus faciles à désherber. La tâche s’effectuera si possible après une bonne pluie ou un arrosage : l'arrachage est facilité par une terre assouplie. 

Les adeptes du calendrier lunaire désherberont de préférence en lune descendante. Quoi qu'il en soit, tâchez absolument d'éviter la mise en graine des mauvaises herbes, sinon tout votre travail n'aura servi à rien.

Et, puisque « rien ne se perd, tout se transforme », mettez les herbes arrachées au compost. Elles s'y décomposeront et feront un bon engrais naturel. Le compost peut également servir de paillis protecteur ; il permet de réduire les arrosages et de nourrir le sol.

Compostage des mauvaises herbes
Compostage des mauvaises herbesAgrandir l'image

Le saviez-vous ?

1 seul gramme de la substance active d’un pesticide suffit pour rendre impropre à la consommation 10 000 m³ d'eau soit l’équivalent de 3 piscines olympiques, ou encore la consommation de 50 foyers de 4 personnes pendant un an !

1 gramme de pesticide suffit à polluer un ruisseau d’un mètre de large et un mètre de profondeur sur 10 km.

Quel outil utiliser ?

L’emploi d’un désherbant est fortement déconseillé. Il détruit l’écosystème environnant (bien au-delà de votre coin de verdure) et on constate souvent un manque d'efficacité. En effet, certaines plantes sauvages (pissenlit ou chardon par exemple) possèdent des racines très longues qui vont chercher l’eau en profondeur : on doit les arracher en entier si l’on veut éviter qu’elles ne repoussent.

Extraction complète de la racine
Extraction complète de la racineAgrandir l'image

Préférez donc l’usage d’un désherbeur, un outil extrêmement précis qui rend la corvée ludique et amusante : enfoncez, tirez, éjectez et les mauvaises herbes disparaissent de la pelouse par la racine, tandis que vous resterez debout. Il permet de supprimer la plante et son système racinaire contrairement à certains outils de désherbage manuels qui arrachent la mauvaise herbe en laissant sa racine en terre. Léger et confortable, votre dos sera de plus moins endolori au retour du jardin.

>> Découvrir le désherbeur japonais

Les avantages du désherbage au naturel

Un sol sain est la base d’un jardin en pleine santé. Une terre riche en matière organique favorise la croissance des plantes.

La suppression manuelle des mauvaises herbes respecte l’écosystème des matières organiques et des bactéries du sol qui nourrissent les végétaux ; cela permet aussi à la pelouse de respirer.

Le désherbage manuel peut être réalisé à tout moment ; l'efficacité de l'opération ne dépend pas des conditions météorologiques.

Utilisation du désherbeur Fiskars
Utilisation du désherbeur FiskarsAgrandir l'image

6 bons réflexes pour un jardin au naturel

 

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage