pictogerbeaud.com

Quels parasites et maladies au potager et au verger, au printemps ?

Tout au long du printemps, parasites et maladies attaquent les fruitiers du verger et les légumes du potager. Petit récapitulatif des intrus à surveiller !

Problèmes printaniers du potager

Noctuelles

Les espèces de noctuelles sont nombreuses, mais certaines affectionnent particulièrement les légumes du potager : salades, choux, tomates, épinards... Les dégâts ne sont parfois visibles qu'en fin de printemps ou en été (grignotage du collet et des jeunes feuilles, perforation des feuilles plus âgées), mais les adultes reprennent leurs activités dès mars-avril avec les pontes, sur les feuilles et le collet des plantes, ou même sur le sol.

>> Lire : Lutter contre la chenille de noctuelle

Dégât de chenille de noctuelle sur plant de maïs
Dégât de chenille de noctuelle sur plant de maïsAgrandir l'image

Les mouches du chou et de la carotte

Les vols d'accouplement des mouches parasites du chou et de la carotte s'observent dès la fin du mois de mars jusqu'en mai. Puis les femelles pondent sur ou à proximité du collet des jeunes plants. Plusieurs générations de larves se succèdent au cours de l'année. Si les dégâts sur les choux se voient assez rapidement (dessèchement mortel du jeune plant !), il faut attendre la récolte pour voir ceux sur les carottes : des galeries remplies de déjections noires ! Mieux vaut anticiper leur arrivée...

>> Lire : Mouche de la carotte

La piéride du chou

La piéride du chou est un papillon que l'on rencontre facilement au potager : ailes de couleur crème et taches noires, il butine de nombreuses fleurs, comme d'autres piérides assez semblables. C'est dès le mois d'avril et courant mai que les chrysalides libèrent les adultes. Mi-mai, ont lieu les premières pontes. Il suffira d'à peine une dizaine de jours pour voir apparaître les premières chenilles. L'apparition de petits trous dans les feuilles les plus externes vous confirmera leur présence. Si vous n'êtes pas attentif, elles atteignent le coeur et leurs excréments s'accumulent entre les feuilles.

Lire : Piéride du chou

Chenille de piéride du chou
Chenille de piéride du chouAgrandir l'image

Mineuse du poireau

Les premiers vols des adultes de mineuse du poireau, suivis des accouplements, sont enregistrés en avril et durent jusqu'en juin. Les diptères femelles se posent sur la plante hôte pour se nourrir (pour cela, elles piquent les feuilles) et pour pondre. Les larves vont ensuite creuser des galeries dans le fût. Lorsque vous vous apercevez des dégâts (déformation du plant ou éclatement du fût) il est déjà trop tard.

>> Lire : Mineuses

Hépiale

Les papillons adultes brun clair de l'hépiale effectuent leur seul vol de l'année entre fin avril et mi juin. Après les accouplements, les œufs sont déposés au pied des plantes, notamment des laitues. Les larves qui éclosent vivent sous terre et se nourrissent des racines et du collet. Les premiers symptômes (un plant qui dépérit) peuvent faire penser au taupin ou aux noctuelles. C'est en creusant un peu profondément autour du pied que vous découvrirez le coupable : une chenille à la tête brun rouge et au corps blanc.

Tordeuse du pois

Vers la fin du moi de mai, les pois commencent à fleurir. C'est le moment où les femelles de la tordeuse du pois, un petit papillon Cydia nigricana choisissent pour pondre. Les œufs sont déposés sur leurs feuilles. Ainsi les chenilles naissantes sont près des jeunes gousses lorsqu'elles sortent de leurs œufs. Elles y pénètrent et grignotent les grains de pois avant de tomber au sol et d'hiverner dans un cocon jusqu'au printemps prochain. Malheureusement, de l’extérieur, les plantes ne montrent aucun symptôme visible d'une éventuelle attaque. Le plus simple pour protéger les cultures reste le voile anti-insectes au moment de la floraison.

>> Lire : Tordeuse

Tordeuse du pois (adulte)
Tordeuse du pois (adulte)Agrandir l'image

Altises

Si, à la fin du printemps (mai – juin), le feuillage de vos jeunes choux, radis, navet, roquette... est criblé de petits trous plus ou moins circulaires, c'est que les altises ont repris leurs activités. Surveillez vos plants dès qu'il fait chaud et sec ; c'est le temps qu'elles affectionnent.

>> Lire : Altise

Doryphore et mildiou

À surveiller également l'arrivée des premiers doryphores en avril sur les repousses de pommes de terre (les adultes particulièrement voraces issus de la première génération apparaissent en juillet), ainsi que les premières attaques de mildiou sur les pieds de tomates, fin juin.

Mildiou sur tomates
Mildiou sur tomatesAgrandir l'image

Problèmes printaniers du verger

Psylle

Les pontes du psylle du poirier démarrent dès les premiers beaux jours de la fin de l'hiver et continuent durant le début du printemps. Les larves de psylles vont ensuite s'introduire dans les boutons floraux, puis sur les jeunes feuilles, les jeunes rameaux et le pédoncule des fruits. Si vous arrivez à les repérer à ce stade, vous pouvez les enlever au jet d'eau. Avec leurs piqûres répétées, les larves perturbent la croissance des poiriers et la production des poires. Le développement de fumagine, engendré par le rejet de miellat, peut être révélateur de leur présence.

Carpocapse

Les papillons du carpocapse sortent de leur cocon de début avril à juin pour s'accoupler et pondre rapidement sur les pommiers et les poiriers. Il suffira de 15 jours pour observer les larves partir à la recherche d'un fruit. Lorsque les dégâts sont visibles, il est trop tard pour agir (chute prématurée des fruits ; présence du ver dans les fruits). Les moyens de lutte doivent donc être préventifs (pendant les vols ou au moment des éclosions).

>> Lire : Le carpocapse, ennemi des pommiers et poiriers

Cydia pomonella, carpocapse du pommier et du poirier
Cydia pomonella, carpocapse du pommier et du poirierAgrandir l'image

Hoplocampe

Le prunier, le pommier ou le poirier peuvent être victimes de la larve d'hoplocampe. Si vous êtes attentif, vous observerez un petit trou dans le fruit à peine formé ; c'est par là qu'est entrée la larve ; le fruit est perdu. C'est donc le vol des premiers adultes (sorte de petite guêpe) qu'il faut surveiller entre mars et avril, pour la pose de pièges englués. C'est la période où les fleurs commencent à s'épanouir. Les femelles, attirées par la couleur des fleurs, viennent y déposer leurs œufs début mai.

Mouche de la cerise

Les vols des mouches de la cerise s'étalent entre fin avril et mi-juin : les femelles pondent leurs œufs dans les cerises vertes. Les larves s'y développent avant de tomber à terre. Le fruit devient alors immangeable. Là aussi, la lutte contre le ver de la cerise passe par le piégeage des adultes.

>> Lire : Le ver de la cerise

Mouche de la cerise
Mouche de la ceriseAgrandir l'image

Le balanin de la noisette

C'est en mai que les balanins adultes apparaissent pour s'accoupler. En mai-juillet la femelle balanin dépose ses œufs dans les noisettes à peine formées. Lorsque vous apercevez les trous, le mal est déjà fait. Pour éviter cela, avant la ponte (mai – début juin), pratiquez la « récolte des adultes.

>> Lire : Balanin des noisettes : identification, dégâts et moyens de lutte

Noisettes parasitées par la larve de balanin
Noisettes parasitées par la larve de balaninAgrandir l'image

Le ver de la framboise

Dès la fin du mois d'avril, peu de temps avant la floraison des framboisiers, les coléoptères adultes Byturus tomentosus, appelés vers de la framboise, s'envolent. C'est à cette époque, avant la ponte des oeufs dans les fleurs (mai-juillet) que les actions de lutte contre le ver de la framboise se mettent en place. La présence des adultes se repère par des bourgeons et des boutons floraux grignotés. Si le ver s'installe, les dommages directs sur les fruits sont identifiables au premier coup d'oeil.

>> Lire : Lutter contre le ver de la framboise

Byturus tomentosus - Adulte
Byturus tomentosus - AdulteAgrandir l'image

La tavelure

Sous l'effet conjugué des remontées de température et des averses, les spores pathogènes de la tavelure sont dispersées. Les toutes premières projections peuvent apparaitre dès le mois de mars et se poursuivre jusqu'à la mi juin, la phase critique étant généralement entre le 15 avril et le 15 mai  (période de la floraison). Les symptômes : des pommes et des poires déformées et crevassées, couvertes d'un feutrage brun.

>> Lire : La tavelure

Tavelure sur feuille de pommier
Tavelure sur feuille de pommierAgrandir l'image

Moniliose

Abricotiers, pêchers, pruniers... nombreux sont les fruitiers qui peuvent être atteints par la moniliose. La contamination des fleurs et des jeunes fruits se fait entre mars et mai avec l'aide du vent et des pluies. Périodes critiques :  lorsqu'il pleut pendant la floraison.

>> Lire : Moniliose

Moniliose sur cerises
Moniliose sur cerisesAgrandir l'image

Et au jardin d'ornement ?

Pyrale du buis

Dès le mois de mars, les chenilles de la pyrale du buis sortent de leur cocons et provoquent les premiers dégâts sur les feuilles des buis : les feuilles brunissent, sèchent, et finissent par tomber. Dès les premiers signes d'attaque de pyrale, il faut intervenir.

>> Lire : Pyrale du buis : symptômes et traitement

La maladie des taches noires

Le marsonia, ou maladie des taches noires, très fréquent chez les rosiers, se déclare la plupart du temps en juin. Les spores du champignon se propagent par le vent ou l'eau (ruissellement, éclaboussures), provoquant l'apparition de taches brunes sur les feuilles.
Conditions climatiques favorables : journées chaudes et nuits fraîches.

>> Lire : Marsonia : taches noires sur rosier

Marsonia - Maladie des taches noires (Rosier)
Marsonia - Maladie des taches noires (Rosier)Agrandir l'image

Criocère du lis

Le criocère est un petit coléoptère rouge vermillon qui hiverne l'hiver sous terre pour réapparaitre au printemps. Larves (visqueuses, noires et orange foncé) et adultes dévorent les feuilles de lis dès le mois de mars, puis les fleurs.

>> Lire : Criocère du lys

Chenilles processionnaires du pin

De février à avril, les chenilles processionnaires descendent des pins, en file indienne.
Attention : si la chenille se sent menacée, elle projette ses centaines de milliers de poils urticants qui demeurent en suspension dans l'air et peuvent ainsi être inhalés ou atteindre les yeux, la peau du visage et du cou.

>> Lire : Chenille processionnaire du pin

Chenilles processionnaires du pin et leur nid
Chenilles processionnaires du pin et leur nidAgrandir l'image

>> Lire aussi : Parasites et maladies du printemps au jardin

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage