pictogerbeaud.com

Hormones de bouturage : mode d'emploi

Les hormones de bouturage semblent souvent être la clé pour réussir une bouture. C'est le cas si on s'en sert à bon escient, et dans les règles de l'art. Poudre ou comprimés ? Quel dosage ? Comment les utiliser ? Pour quelles boutures ? Suivez le guide !

Bouturage : le rôle des hormones

La croissance et le développement des plantes sont régulés par des hormones, appelées les phytohormones. Parmi celles-ci se trouve l'auxine qui circule dans tous les organes de la plante. Suivant sa localisation, sa concentration et la plante dans laquelle elle se trouve, elle peut jouer différents rôles dans le développement des végétaux : croissance des fruits, élongation des feuilles...

Boutures de romarin et hormone de bouturage
Boutures de romarin et hormone de bouturageAgrandir l'image

La participation de l'auxine dans la production et le développement des racines est essentielle. Suivant sa concentration, les effets seront divergents : une forte concentration d'auxine favorise la production de racines mais ralentit son élongation ; une faible concentration d'auxine est favorable à la croissance des racines, mais pas à leur production.

Dans les opérations de bouturage d'organes aériens (tiges, feuilles), qui reposent sur la capacité du végétal à produire de nouvelles racines, l'auxine joue un rôle primordial. En effectuant un apport supplémentaire d'hormones à la base de l'organe bouturé, l'émission de nouvelles racines est stimulée voir accrue et, par conséquent, les chances de reprise du bouturage augmentent. Toutefois cet apport doit se faire en respectant les doses prescrites sous peine d'obtenir l'inverse de l'effet souhaité.

Hormone de bouturage en poudre - sachets pré-dosés
Hormone de bouturage en poudre - sachets pré-dosésAgrandir l'image

Hormones de bouturage : les différentes formes

L'auxine naturelle (AIA) est très fragile, peu stable à la lumière et à la chaleur. Aussi, l'horticulteur a recours à des auxines de synthèse, que l'on retrouve dans le commerce sous l'appellation « hormones de bouturage ». Elles agissent comme l'auxine sur la croissance de la plante et de ses racines.

Les hormones de bouturage les plus répandues dans le commerce contiennent l'hormone de synthèse AIB, acide b-indole butyrique.

Dans l'idéal, il faudrait pouvoir adapter l'apport d'hormones en fonction des besoins particuliers de chaque plante. Les produits destinés aux professionnels sont d'ailleurs disponibles à des concentrations en AIB variables (0,5 à 8 %). Dans le commerce, bien que les hormones de bouturage soient conditionnées sous différentes formes, les concentrations sont standardisées. Le résultat peut s'en trouver non garanti mais l'utilisation en est ainsi simplifiée.

On peut trouver les hormones de bouturage sous forme :

>> Découvrir aussi l'eau de saule, une hormone de bouturage naturelle à préparer soi-même

Bouture trempée dans l'hormone de bouturage
Bouture trempée dans l'hormone de bouturageAgrandir l'image

Comment utiliser les hormones de bouturage ?

Les sachets de poudre

La poudre d'hormone est prête à l'emploi. Elle est simple à utiliser, avec peu de risque de surdosage.

Trempez la base de la bouture, sur 2 ou 3 cm, dans le sachet. Secouez la bouture pour faire tomber le surplus de poudre et ne pas le répandre sur les feuilles. Mettez en place la bouture dans un trou préformé et pulvérisez un peu d'eau pour humidifier le terreau.

Les comprimés à broyer s'utilisent de la même façon ; ils sont moins courants.

Bouturage du surfinia
Bouturage du surfiniaAgrandir l'image

Les comprimés à dissoudre

Diluez un comprimé dans 250 ml d'eau. Trempez la base de la bouture pendant 10 secondes, pas plus, dans la solution et plantez-la dans le terreau d'enracinement.

Attention : la solution ne se conserve pas.

L'importance du dosage des hormones de bouturage

Quelle que soit la forme utilisée, il est très important, pour la réussite de l’opération, de respecter les consignes de dosage, à savoir « secouer la bouture pour faire tomber le surplus de poudre » en ce qui concerne les hormones en poudre, et « tremper 10 secondes la bouture dans la solution diluée ».

Un surdosage d'hormone peut entraîner l’apparition d'un cal, des déformations et la mort de la bouture.

Des hormones de bouturage pour quelles plantes ?

Bien qu'on serait tenté d'utiliser les hormones pour toutes les boutures, beaucoup de végétaux se passent d'un apport extérieur. Généralement, l'utilisation d'hormones est conseillée pour les boutures lentes, de bois dur, et difficiles à prendre : aubépine, camélia, cotonéaster, forsythia, houx, if, laurier sauce, magnolia, rhododendron...

Tige de rosier trempée dans l'hormone de bouturage
Tige de rosier trempée dans l'hormone de bouturageAgrandir l'image

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage