pictogerbeaud.com

Les 10 commandements du jardinier à l’écoute de la nature

Jardiner bio, c'est se mettre à l'écoute du jardin, accepter de changer quelques unes de nos (mauvaises) habitudes, et en adopter de nouvelles ! Voici les 10 grandes règles à retenir, en partenariat avec Neudorff, spécialiste du jardinage biologique depuis 1854.

1. Connaître son Jardin

Bien connaître son environnement est indispensable pour prendre un bon départ. Voyons comment respecter au mieux l’équilibre écologique entre le sol, la faune et la flore.

Concours photos 2014 : jardin d'Yveline
Concours photos 2014 : jardin d'YvelineAgrandir l'image

L'importance du climat

Il est primordial d’adapter vos choix de plantes et de cultures à votre environnement. Un jardin au Nord de la France n’a pas les mêmes caractéristiques qu’un jardin au Sud de la France. Le climat diffère (doux, rude, froid, chaud, venteux, humide ou encore sec); il est bien plus facile, logique et naturel d’adapter ses choix à l’environnement que l’inverse ! Bien souvent oubliée, l’altitude est une contrainte qu'il faut prendre en compte.

Connaître son sol

Heureusement, on peut agir sur plusieurs facteurs : c'est le cas du sol. Certaines plantes sont très sensibles et ne supportent pas les terres trop acides, ou au contraire trop basiques. Cette caractéristique peut être mesurée avec un testeur de pH du sol. Selon le résultat, vous devrez apporter le complément utile à votre sol: de la chaux s’il est trop acide et du sable ou de la tourbe, s’il est trop alcalin. Privilégiez une chaux vitale utilisable en agriculture biologique (chaux éteinte à base de carbonate de calcium) afin de ne pas brûler la vie microbienne dans le sol.

Test de pH du sol
Test de pH du solAgrandir l'image

À noter qu’un sol trop pauvre en humus ne permettra pas le bon développement des plantes. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez utiliser un régénérateur de sol (humus concentré) qui améliorera la structure du sol. 

A bonne exposition

Enfin, une plante ne se développe pas correctement sans une exposition adaptée à ses besoins. Malgré un bon sol et de apports nutritifs adaptés, le développement des végétaux restera décevant si l'exposition donnée n’est pas convenable. Renseignez-vous lors de l'achat, et ne plantez pas n’importe où, en ne prenant en compte que des critères esthétiques !

2. Respecter le rythme de la Nature

Tout vient à point à qui sait attendre...  Le secret d’un jardin harmonieux et en bonne santé, c’est de s’y prendre au bon moment et au bon endroit. En effet, que ce soit pour les semis, les plantations ou la fertilisation, chaque plante a son calendrier, qu'il s'agit de respecter. Il faudra parfois anticiper vos envies, et déterminer par exemple dès l’automne ce que vous souhaitez pour le printemps, l’été ou l’automne de l'année suivante. Un jardinier heureux est un jardinier patient !

3. Entretenir naturellement son jardin

Côté entretien, il faut commencer par se poser les bonnes questions, puis adopter les bons réflexes.

Comment choisir le bon engrais pour vos plantes ?

C’est simple : il faut identifier les besoins de vos plantes et savoir comment les nourrir. Les caractéristiques des engrais sont notées au moyen de 3 lettres « magiques » : N-P-K.

Engrais arbres fruitiers et petits fruits
Engrais arbres fruitiers et petits fruitsAgrandir l'image

Pourquoi choisir des engrais organiques et utilisable en Agriculture Biologique? 

Avec les engrais organiques nous respectons le cycle biologique des plantes. Choisissez des engrais organiques avec mycorhizes (champignons) qui renforcent le système racinaire de vos plantes et les rendent plus résistantes aux attaques extérieures. Le "plus" : la structure de votre sol sera améliorée, pour une fertilisation de longue durée. Les enfants et les animaux domestiques peuvent retourner au jardin aussitôt après le traitement.

>> Lire : Pourquoi choisir des graines bio ?

4. Prévenir sans insecticide

Généralement, c'est sans surprise : les nuisibles reviennent d’une saison sur l’autre. Alors prenez les devants et anticipez sans insecticide

Si vous avez des arbres fruitiers, employez des pièges englués avec phéromones. Les papillons mâles (carpocapses) sont attirés par l’attractif sexuel et restent collés sur le piège englué. De ce fait, les femelles n’étant plus fécondées, elles ne pourront pondre leurs œufs dans les fruits.

Autre méthode plus classique : les pièges ou stickers collants de couleur jaune. Les insectes indésirables attirés par la couleur jaune restent collés sur le piège. 

Pensez également aux bandes engluées, qui sont à placer tout autour des troncs d’arbres pour empêcher le passage des chenilles, fourmis etc.

Bande engluée
Bande engluéeAgrandir l'image

Enfin, parlons d'une recette ancienne, mais dont l'efficacité n'est pas remise en cause : vous pouvez badigeonner les troncs de vos arbres fruitiers et ornementaux. Ce badigeon constitue une barrière de protection contre les parasites et les intempéries. 

5. Soigner et protéger naturellement

Parfois, il est trop tard pour prévenir ou traiter ; il faut alors agir de façon plus radicale. 

Si votre arbre ou arbuste est malade, il faut couper la branche infectée et protéger la partie restante. Pour cela, utilisez des mastics à cicatriser, qui favorisent une cicatrisation naturelle. Ils agissent comme un pansement et empêchent l’apparition de nouvelles maladies.

Mastic à cicatriser
Mastic à cicatriserAgrandir l'image

Toute plaie, de taille ou de blessure, constitue un risque d’infection ou de pourriture. Recouvrez-donc sur vos arbres et arbustes les plaies dues aux rongeurs ou aux intempéries avec un goudron de pin. Ce produit forme une barrière naturelle contre les contaminations et attaques extérieures. 

6. Les "Traditionnels" du jardin

Avec les purins à base de plantes, la nature est au service de la nature. Ces solutions traditionnelles sont utilisées depuis des générations. Ortie, prêle, séparées ou en mélange... Ces diverses préparations ont toutes des vertus spécifiques . On trouve désormais dans le commerce des orties en granulés, très efficaces pour réaliser votre propre purin.

Préparation d'un purin d'orties (engrais naturel)
Préparation d'un purin d'orties (engrais naturel)Agrandir l'image

7. Penser durable et favoriser le cycle naturel du jardin

Favorisez le cycle naturel du jardin en compostant

Le compostage est un processus de recyclage facile, utile, économique et naturel ! Il permet en outre de réduire les ordures ménagères.  Une fois le compost terminé, vous obtiendrez une matière très riche pour le jardin qui favorisera la croissance, donnera de belles fleurs et de beaux fruits et améliorera durablement la fertilité du sol.  

Compostage de déchets de cuisine
Compostage de déchets de cuisineAgrandir l'image

Un bon compost fait maison, c’est simple !

  1. Procurez-vous un bon composteur (privilégiez ceux avec doubles parois qui favoriseront une montée en température plus rapide et un compost de meilleure qualité).
  2. Triez les déchets. Alternez entre les déchets du jardin, de la cuisine et de la maison.
  3. Mélangez de temps en temps le compost et ajoutez de l’activateur de compost en cas de besoin.

Le compost constitue un excellent apport en matière organique ; il améliorera la structure de votre sol. 

Déchets utiles au compost : fleurs fanées, fanes de légumes, "mauvaises herbes" annuelles, feuilles, tontes du gazon, résidus ligneux de petite taille ou broyée. Les épluchures, croûte de fromage, coquilles d’œufs écrasées et même les cendres de la cheminée (lire : La cendre est-elle bonne pour les plantes ?).

Déchets à ne pas mettre dans votre compost : mauvaises herbes vivaces (liseron, chardon), gazon de bord de route, plantes ou branches infestées. Les os, la viande, le poisson. Pas de verre, de plastique, de papier ou de métal.

8. Préserver la biodiversité

Pour préserver la biodiversité il faut favoriser le développement des auxiliaires utiles au jardin. Hérissons, coccinelles, chrysopes, lézards, abeilles maçonnes comme sauvages, et même les guêpes solitaires réguleront le développement des ravageurs au jardin.

Abri à insectes
Abri à insectesAgrandir l'image

Favorisez la venue des auxiliaires et aménagez un oasis de bien-être, en prévoyant des abris adaptés qui permettent leur nidification et leur hibernation, mais aussi en limitant les traitements et en diversifiant les plantes cultivées. 

Abri pour hérissons Neudorff
Abri pour hérissons NeudorffAgrandir l'image

Laissez des tas de feuilles et des branchages, mettez des pierres dans un endroit ensoleillé pour les hérissons. Plantez des variétés de fleurs entomophiles qui permettent la pollinisation des abeilles, des papillons etc. comme la lavande, le buddleia, les fleurs des mûres et framboises, ou encore les orties ou  trèfle des prés.

>> Lire : Plantes exotiques et biodiversité font-elles bon ménage ?

9. Se documenter

Il est difficile de savoir tout sur tout. Le mieux est de se renseigner auprès d’un spécialiste et de se tenir informé via les newsletters des professionnels du jardin. Des solutions vous sont également proposées sur internet. Des applications comme le Docteur des Plantes trouveront la solution à vos soucis. Un service qui vous permet de prévenir, d’identifier et d’éliminer les dégâts et les nuisibles que vous pouvez rencontrer au jardin. Également disponible sur smartphones. 

10. Le plus important des commandements

Profitez de votre jardin !

>> Lire aussi : Comment les fleurs attirent-elles les insectes pollinisateurs ?

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage