pictogerbeaud.com

Jardiner dans les parties communes d'une copropriété

Manque d'espace pour jardiner, envie de verdure... Peut-être avez-vous déjà pensé à cultiver quelques plantes dans la cour intérieure de votre immeuble, dans le hall d'entrée ou le jardin de la copropriété ? Mais a-t-on le droit de jardiner dans les parties communes d'une copropriété ? Comment éviter les litiges avec les voisins ? Et que planter ?

Parties communes d'une copropriété : ai-je le droit d'y jardiner ?

Une jolie plante verte dans un hall d'immeuble ou sur un palier, une jardinière fleurie dans une cour intérieure ou une terrasse commune, des plantations dans un jardin collectif, voilà qui part d'une bonne intention, et qui peut constituer un réel embellissement de l'espace... tout en contribuant au standing de l'immeuble.

Cependant, dans une copropriété, les parties communes appartiennent, par définition, à tous les copropriétaires, et aucun d'entre eux (ni aucun locataire) ne peut en jouir à titre personnel sans l'accord des autres, ni y installer des objets personnels (et donc des plantes).

Théoriquement, faire des plantations ou même installer des plantes en pots dans les parties communes est donc interdit (terrasse commune, jardin commun, cour commune, hall, escalier, palier...).

Plante sur un palier : autorisé ou non ?
Plante sur un palier : autorisé ou non ?Agrandir l'image

Cependant, vous pouvez en demander l'autorisation à l'ensemble des copropriétaires : demandez à votre syndic d'inscrire ce point à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale de copropriété (le simple accord du conseil syndical ou de son président ne suffit pas).

Et avant de faire voter ce point en assemblée, référez-vous au règlement de copropriété : la question des plantations peut y faire l'objet de restrictions spécifiques dans votre immeuble ou votre résidence.

Qu'est-ce que je risque si je plante sans autorisation préalable ?

S'il s'agit de quelques pots, il sera facile de les retirer si l'un de vos voisins ou le syndic vous en fait la demande. En revanche, sans autorisation, planter un arbre ou faire courir une grimpante sur le mur de l'immeuble vous expose à des risques plus importants. Ainsi, le syndic peut vous mettre en demeure de couper le ou les arbres concernés, et de supprimer toute plantation, sous huitaine. En l'absence de réaction de votre part, il peut confier le travail à une société prestataire... et vous faire envoyer la facture !
En outre, votre responsabilité peut être mise en cause en cas d'accident ou de dégâts (chute provoquée par un pot encombrant le passage, ingestion d'une fleur ou d'une feuille toxique par un enfant ou un animal domestique, dommages causés par les racines des plantations en pleine terre, taches d'humidité due à l'eau d'arrosage sur un parquet ou sur de la pierre, etc.). Prudence donc !

Comment éviter les conflits avec les autres propriétaires ?

Une fois l'autorisation obtenue, vous pourrez planter et placer des pots à condition de respecter quelques mesures de bon sens, afin de ne générer aucune nuisance.

Petit jardin de copropriété - Gare à l'ombrage !
Petit jardin de copropriété - Gare à l'ombrage !Agrandir l'image

Choisir les bonnes plantes : tenir compte des contraintes

Contraintes liées au manque d'espace

Le manque d'espace est la première donnée à prendre en compte : il vous faudra peut-être vous limiter à des végétaux qui conservent des dimensions modestes, notamment en intérieur. A l'extérieur, le long d'un mur, vous pourrez cependant installer des plantes grimpantes, qui occupent peu de place au sol, des fruitiers taillés en espalier ou des espèces qui supportent bien des tailles sévères, que vous pourrez ainsi plus facilement maîtriser. Et pourquoi pas des suspensions fleuries ou des plantations étagées, dans l'esprit des jardins verticaux ?

Exposition et inconvénients du milieu urbain

Tenez également compte de l'ensoleillement : vous ne pourrez pas cultiver les mêmes plantes dans une cour constamment à l'ombre, ou sur une terrasse écrasée de soleil durant l'été (dans ce cas, privilégiez des plantes résistantes à la sécheresse, ou des plantes méditerranéennes) !

En ville, attention aussi aux polluants, ainsi qu'à une plus forte sensibilité des plantes aux parasites et maladies : choisissez de préférence des plantes qui supportent la pollution urbaine et qui sont résistantes aux chenilles, aux cochenilles, aux araignées rouges, à l'oïdium...

Jardin de copropriété
Jardin de copropriétéAgrandir l'image

Contraintes liées à l'entretien

Songez aussi que vous devrez entretenir vous-même les plantes que vous aurez installées : taille, éventuellement nettoyage des feuilles mortes ou des aiguilles de conifères (si cela n'est pas réalisé par la personne chargée de l'entretien habituel), arrosage (en ville où les températures grimpent dès les premiers rayons de soleil, les plantes ont besoin de beaucoup d'eau, et notamment celles en pot)...

Ce dernier point est sans doute le plus important, surtout si les plantes sont nombreuses : outre la contrainte des arrosages réguliers, se pose la question de l'accès à l'eau ! Si vous fleurissez une cour ou une terrasse collective, celles-ci offrent-elles un point d'eau ? Si oui, il y a fort à parier que le coût de cette eau soit intégré aux charges communes de l'immeuble : certains de vos voisins pourraient voir d'un mauvais oeil ces dépenses supplémentaires (quoique modérées) pour la copropriété. Et en l'absence de robinet collectif, êtes-vous prêt à faire des allers et retours avec l'arrosoir que vous devrez remplir chez vous ?

Quelques pots dans une cour d'immeuble
Quelques pots dans une cour d'immeubleAgrandir l'image

Lancez-vous !

En composant avec ces différentes contraintes, et en adaptant le choix des végétaux aux lieux, vous devriez pouvoir profiter d'un nouvel espace "à jardiner", tout en rendant les lieux plus agréables ! Car mis à part les éternels râleurs, la grande majorité des gens apprécient -heureusement- que leur cadre de vie soit rendu plus vivant... Tentez l'aventure !

Et pourquoi ne pas essayer de faire adopter du même coup par la copropriété un bac à compost commun, pour nourrir les plantations et recycler une partie des déchets ?

>> Lire aussi :

Petit jardin de copropriété - Cour intérieure
Petit jardin de copropriété - Cour intérieureAgrandir l'image

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage