pictogerbeaud.com

Les rosiers grimpants

Qu’ils soient remontants ou non, parfumés ou pas, de grand ou moyen développement, les rosiers grimpants sont des valeurs sûres pour l’ornementation des jardins. Très généreux, ils font souvent disparaître le support sur lequel ils grimpent sous des cascades de roses. Découvrez notre sélection des meilleurs grimpants pour grands et petits jardins.

Des rosiers à palisser

Certains rosiers dits grimpants sont parfois des mutations de rosiers buissons, comme ‘Etoile de Hollande’ grimpant ou de vrais rosiers sarmenteux comme les hybrides de wichuraiana. Ce ne sont pas à proprement parler des plantes grimpantes puisque leurs rameaux s’allongent de plusieurs mètres sans s’accrocher d’eux-mêmes à leur support (lire : Comment s'accrochent les grimpantes ?). Leurs tiges doivent être palissées à l’horizontale sur ce dernier au fur et à mesure de leur croissance pour favoriser une floraison abondante. Les plus petits sont parfaits pour décorer des structures légères comme les pergolas, les portiques, les arches ou les pylônes qu’ils transformeront rapidement en une véritable colonne fleurie, les rosiers grimpants les plus vigoureux orneront les tonnelles, les façades, les murs de clôture ou escaladeront un vieil arbre. Pour ceux-ci, il est préférable d’éviter les murs exposés au nord et de laisser 20cm entre le support et le mur pour favoriser l’aération du feuillage.

Des variétés anciennes de rosiers grimpants

Des grimpants non remontants

Des grimpants remontants

>> Lire aussi : Variétés anciennes : c'était mieux avant ?

Des rosiers grimpants modernes

Des rosiers faciles à vivre

Les rosiers grimpants ne sont pas plus difficiles à entretenir que les rosiers buissons mêmes si étant donné leurs dimensions le nettoyage, notamment la suppression des fleurs fanées, demande plus de temps. Cette opération permet de leur conserver un aspect impeccable et encourage les variétés remontantes à refleurir. Ils doivent être nourris et arrosés comme les autres rosiers (voir notre fiche sur l’entretien des rosiers). Il faut aussi s’assurer régulièrement que le rosier est solidement fixé à son support pour éviter que les branches ne cassent sous les bourrasques ou le poids des fleurs pendant la floraison. Quant à la taille, qui se pratique en juillet pour les rosiers non remontants ou en fin d’hiver pour les variétés remontantes, elle obéit à quelques règles très simples ( voir notre fiche sur la taille des rosiers grimpants).

Des mariages heureux

Les rosiers grimpants peuvent être plantés seuls mais il est judicieux de les associer à des clématites à grandes fleurs qui ont les mêmes besoins. Les grandes fleurs étoilées des clématites contrasteront avec les fleurs du rosier et si vous choisissez une clématite à floraison estivale, elle  prendra le relais du rosier quand il marquera une pause pendant l’été. Associez par exemple les clématites rouges aux rosiers roses et les clématites à fleurs bleues ou violettes à des rosiers jaunes ou blancs (lire : Rosiers grimpants et clématites).
Pensez à des plantes et arbustes bas comme les armoises, les santolines, les lavandes, les caryopteris ou le perovskia. Ils habilleront la base parfois un peu dégarnie du rosier et leur feuillage ou leur floraison le rendront attrayant quand il sera défleuri. Faites enfin une large place à des vivaces comme les népétas ou les campanules à feuilles de pêcher qui fleurissent très longtemps.

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage