pictogerbeaud.com

Quels poissons pour le bassin ?

Lorsqu'on a la chance de disposer d'un bassin, il est bien tentant d'y installer des poissons d'ornement. Quelle espèce de poisson d'eau froide choisir ? Combien votre bassin pourra-t-il accueillir d'individus ? Peut-on associer différentes espèces ? Voici quelques conseils pour vous guider dans votre choix.

Les p'tits poissons dans l'eau...

Carpe koï dans un bassin
Carpe koï dans un bassinAgrandir l'image

Les poissons n'ont pas leur pareil pour animer un bassin. Observer leur ballet silencieux est un plaisir dont on ne se lasse pas, et ils contribuent à rendre le bassin d'ornement encore plus attrayant, en complétant le tableau vivant qu'offrent les plantes aquatiques. Ils demandent un minimum de soins (essentiellement sous forme de nourriture) et résistent généralement bien au froid hivernal : pour peu qu'on leur procure des conditions de vie adaptées (bassin suffisamment profond, éventuel système de filtration), ils peuvent grandir et vivre de longues années, et même, pour certaines espèces, se multiplier. Mais comment choisir vos petits protégés parmi les différentes espèces de poissons d'eau froide ?

Les fameux "poissons rouges"

Poisson rouge commun

Poissons rouges - Carrassius auratus
Poissons rouges - Carrassius auratusAgrandir l'image

Le poisson rouge, Carassius auratus, est le plus facile à élever en bassin. Inutile d'avoir beaucoup d'espace pour profiter de ses belles couleurs rouges, oranges, noires ou blanches. Il est le plus indiqué pour les bassins de petite taille (comptez au minimum 0,1m3 par individu), et peut même se passer de système de filtration de l'eau. Il est très rustique et résiste sans problème aux rigueurs hivernales, à condition que le bassin soit suffisamment profond (au moins 80cm) pour qu'en hiver, il reste sous la glace une hauteur d'eau suffisante. De même, en été, une profondeur suffisante permet aux poissons de se réfugier au fond de l'eau, là où l'eau reste plus fraîche.
Le poisson rouge se multiplie rapidement. Sa taille varie en fonction de l'espace dont il dispose : dans les grands bassins, il peut atteindre 40 cm ; ailleurs, il gardera des dimensions plus modestes.

Variétés originales

Carassius auratus - Dark Moor
Carassius auratus - Dark MoorAgrandir l'image

Il existe un nombre impressionnant de "variétés" de poissons rouges, obtenues au fil des centaines d'années de sélection (en Chine et au Japon notamment). Certaines de ces variétés présentent des caractéristiques très originales :

Tous ces poissons sont un peu plus fragiles que les poissons rouges classiques, et leur longévité est souvent réduite (moins bonne résistance aux maladies ou aux températures extrêmes ; plus grande sensibilité à la qualité de l'eau...). Ils sont aussi plus lents que les poissons rouges communs : il faut donc éviter de les associer à ces derniers (mordillement des nageoires, accès inégal à la nourriture...). Leur placidité fait également d'eux une proie facile pour les hérons... et les chats !

>> Lire aussi : Elever des poissons rouges

La reine des bassins : la carpe koï

Carpes koï
Carpes koïAgrandir l'image

Egalement appelée carpe japonaise (Cyprinus carpio carpio), la carpe koï est la star des grands bassins ! Reconnaissable à ses barbillons autour de la bouche et à sa grande taille (de 30cm à plus d'un mètre pour les plus grosses), elle est richement colorée (blanc, rouge, orange, jaune, gris, noir ; souvent bicolore ou tricolore). Certes, elle a besoin d'une eau de bonne qualité (système de filtration requis) et il lui faut de l'espace : 1,5 mètre de profondeur et au moins 3m3 pour un seul poisson ; 1m3 de plus par poisson supplémentaire (donc, pour 3 carpes koï, comptez au moins 5m3). Cependant, elle offre de nombreux avantages : elle supporte allègrement le froid, elle cohabite très bien avec les autres poissons (poissons rouges par exemple) et vit longtemps (de 20 à 70 ans). Il en existe de nombreuses variétés.

Pour les grands bassins : l'ide mélanote

L'ide mélanote (Leuciscus idus, ou gardon rouge) ne peut être élevée que dans les très grands bassins (profondeur d'au moins 80cm et surface minimale de 20m2), car elle a besoin d'espace. De forme élancée, elle est bonne nageuse et elle se déplace rapidement sous la surface de l'eau. Ce poisson est un prédateur : il mange les insectes tombés à l'eau ou aquatiques (notamment les moustiques et leurs larves... un atout non négligeable !) et limite la reproduction des autres poissons (les alevins de poissons rouges sont un de ses menus de prédilection, mais il cohabite bien avec les adultes). L'ide peut atteindre 70cm et sa couleur est généralement orange ou bleu pâle. C'est un poisson de banc qui ne se plaît qu'en société : il en faut au moins 4 ou 5 individus.

Pourquoi pas des esturgeons ?

Acipenser - Esturgeon
Acipenser - EsturgeonAgrandir l'image

Plus rare, l'esturgeon (Acipenser) peut également être élevé en bassin. Il peut mesurer jusqu'à 1,2 mètre, voire davantage si la taille du bassin le lui permet. C'est donc un grand poisson qui a besoin d'un important volume d'eau (au moins 15m3). A savoir également avant de craquer pour ce pensionnaire un peu énigmatique : ses besoins alimentaires sont particuliers. Il lui faut des granulés spéciaux, qui coulent immédiatement, car l'esturgeon se nourrit au fond de l'eau. Par ailleurs, contrairement aux autres poissons qui cessent de s'alimenter lorsque la température descend en-dessous de 6-8°C, l'esturgeon doit être nourri toute l'année, y compris en hiver. Autre point à surveiller : les algues filamenteuses sont pour lui des pièges mortels, car il s'y enchevêtre et meurt asphyxié (attention aussi aux tuyaux, racines, attaches de paniers de plantation...). Les espèces les plus fréquentes en magasins spécialisés sont Acipenser ruthenus, Acipenser gueldenstaedtii ; plus rarement, Acipenser baeri.
Attention, l'esturgeon européen, Acipenser sturio (celui que l'on trouve par exemple dans l'estuaire de la Garonne), est une espèce protégée et donc interdite à la vente, au transport et à la détention.

Carpes amour : prudence !

Ctenopharyngodon idella (Amour blanc)
Ctenopharyngodon idella (Amour blanc)Agrandir l'image

La carpe herbivore (Ctenopharyngodon idella, ou "amour blanc") est à accueillir avec méfiance : son appétit vorace risquerait bien d'avoir raison de vos belles plantes aquatiques ! Cependant, si votre bassin est envahi par les algues filamenteuses de manière chronique, une petite carpe amour vous aidera à garder une eau cristalline, mais gare à vos nénuphars lorsqu'elle aura grandi... et son appétit avec ! Prudence donc, d'autant qu'il est interdit de l'introduire en milieu naturel : n'espérez pas vous en débarrasser facilement.
Il existe aussi d'autres espèces de carpes amour, filtreuses celles-là (Hypophthalmichthys molitrix ou "amour argenté", Aristichthys nobilis ou "amour marbré"), qui se nourrissent, selon les cas, de débris végétaux et de micro-organismes (algues unicellulaires, phytoplancton, zooplancton).
L'accueil de ces différentes carpes dans un bassin est très discutée car elles ont vite fait de déséquilibrer l'écosystème; elles sont en tout cas à réserver aux très grands bassins (>35m2), dont l'équilibre est moins fragile.

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage