pictogerbeaud.com

La rainette

Abonnée aux beaux rôles des contes de fées et des livres pour enfants, la rainette a toujours bénéficié d'un fort capital de sympathie, contrairement à son cousin le crapaud. Portrait d’une discrète... qui sait se faire entendre.

Deux espèces présentes en France

Identifier la rainetteOn distingue deux espèces de rainettes en France continentale : la rainette verte (ou arboricole) et la rainette méridionale. Toutes les deux sont des amphibiens de petite taille (3 à 6cm) avec une peau fine et presque lisse. La coloration est généralement d’un beau vert franc, avec une bande noire partant de la narine vers les flancs. Plus longue chez l’espèce arboricole, cette bande court jusqu’aux pattes postérieures et permet de distinguer les deux espèces.

A l’assaut des cimes et des balcons

Rainette arboricoleLa rainette est une  spécialiste de l’escalade. C’est en effet, le seul amphibien qui vit perché sur les tiges des plantes ou branches des arbustes. Pour ce faire, elle possède au bout des doigts des sortes de pelotes adhésives, qui font ventouse, même sur les surfaces les plus lisses. On a observé des rainettes arboricoles perchées à plus de 20m de hauteur !

De tous les amphibiens, la rainette méridionale est aussi l’espèce la plus anthropophile. On peut ainsi la rencontrer au cœur des villages, dans les squares de certaines grandes villes, sur les balcons et terrasses paysagées. Contrairement à la plupart des grenouilles et crapauds, elle a une activité diurne importante ce qui la rend plus facilement observable.

Un chant nuptial puissant

Rainette méridionale chantantLa reproduction a lieu au printemps, dans les plans d’eau stagnante. C’est l’époque des concerts au crépuscule. Le mâle dispose de sacs vocaux qui servent de caisse de résonance. Le chant de la rainette méridionale est l’un des plus puissants de tous les amphibiens présents en France. On peut l’entendre à plus d’un kilomètre. Cette puissance du chant sert aux femelles pour identifier les meilleurs reproducteurs. Ce chant du mâle permet aussi de différencier les deux espèces : rapide et saccadé chez la rainette arboricole, lent et étiré chez la rainette méridionale.

Lorsque la femelle attirée par le chant rejoint l’eau, le mâle nage vers elle et lui saute sur le dos en s’agrippant sous ses aisselles. La femelle pond ensuite de petits amas sphériques, attachés par le centre à un végétal et comptant chacun 5 à 30 œufs. Les têtards passent le printemps à l’abri des plantes aquatiques, avant de prendre leur forme adulte dans le cours de l’été.

Après avoir passé l’été en hauteur, dans une haie ensoleillée par exemple, la rainette se fera plus discrète à partir du mois d’octobre. L’hivernage, qui débute aux premières gelées, se passera sous un abri superficiel du sol.

Accueillir une rainette dans son jardin 

Les rainettes comme la plupart des amphibiens sont les alliés du jardinier. Le mâle est particulièrement vorace et capture nombre de petites proies : limaces, insectes, araignées, cloportes…

La préservation ou la création de zones humides et autres bassins sont essentielles pour attirer les rainettes (et les amphibiens en général) dans votre jardin. Quelques mètres carrés suffisent. Le profil du point d’eau doit comporter une partie en pente douce. Le dépôt des pontes et le développement des larves y seront facilités dans une eau plus vite réchauffée (lire : Elever des têtards de grenouille). A l’opposé de cette zone, une partie plus profonde (au moins 70cm) servira de zone refuge. La rainette appréciera les plantes aquatiques à grand développement (plus de 50cm), pour grimper sur les tiges. Par contre, la présence de poissons, grands prédateurs de larves sera un frein à son épanouissement.

Ne pas oublier non plus les refuges hivernaux, pots en terre cuite renversés et remplis de feuilles par exemple.

Ecoutez-la !

Rainette méridionale :

Rainette arboricole ou verte :

Miss météo ?

 « la rainette de sortie s’en va chercher la pluie », « si la rainette coasse, le temps se déboîte » (dictons populaires).

L’image d’une rainette enfermée dans un bocal et grimpant les barreaux d’une échelle est bien connue. Il est vrai que l’activité des amphibiens augmente quand une période d’humidité succède à la sécheresse. Mais contrairement à la croyance populaire les rainettes n’ont pas la capacité à prédire la pluie. De nombreux autres facteurs influent en effet sur leur comportement, comme les variations de température par exemple.

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage