pictogerbeaud.com

L'art topiaire

Le nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais vous connaissez sûrement ce qu'il désigne : les buis taillés en boule et les sculptures végétales, c'est ça, l'art topiaire ! Pas forcément réservés aux jardins prestigieux, les topiaires sont accessibles à tous : partons à leur découverte...

Des sculptures vivantes

Topiaires - Eyrignac

Jardins du Manoir d'Eyrignac

L'art topiaire consiste à tailler et former les végétaux de manière à obtenir de véritables sculptures vivantes. Les formes peuvent être géométriques (cube, boule, cône, spirale, colonne, pompons, plateaux...) ou figuratives (animal, personnage, objet...). Par extension, on nomme "topiaire" un arbuste ou un arbre taillé de manière à lui donner une forme particulière (on dit aussi parfois : taillé "en topiaire").

L'objectif est bien sûr ornemental : les "topiaires" permettent de donner de la perspective à un jardin ou d'apporter un élément vers lequel convergent les regards. En matière de style, les possibilités sont multiples. Certes, l'art topiaire est emblématique du jardin à la française, rigoureux et taillé au cordeau, mais il peut aussi se révéler facétieux, original ou poétique : un écureuil en buis posté près d'un massif ne détonnera pas dans un jardin à l'anglaise, et un visage géant sculpté dans une haie très sage ne manquera pas de surprendre le visiteur...

Histoire de l'art topiaire

L'art topiaire a des origines très anciennes. Durant l'Antiquité, les Romains, excellents jardiniers, maîtrisaient déjà l'art du paysage (en latin, ars topiarius signifie : art du paysage), ainsi qu'en attestent les écrits de Pline l'Ancien, au 1er siècle après J.-C., dans son Histoire Naturelle. Les topiarius (que l'on peut traduire par : dessinateurs de jardin) utilisaient alors beaucoup les sculptures en marbre pour décorer les jardins. Les jardiniers cherchèrent à imiter les sculpteurs qui jouissaient à l'époque d'une grande considération, et mirent au point des techniques de taille pour mettre en forme des végétaux à feuillage persistant, notamment le laurier, le cyprès et l'if (des plantes méditerranéennes, donc : n'oublions pas que nous sommes alors en Italie !).

Tout au long du Moyen-Age, l'art topiaire ne survécut que dans les monastères, et il faut attendre la Renaissance pour qu'il revienne dans les parcs et les jardins, tant en Italie qu'en France, en Angleterre ou en Ecosse. Le topiaire de buis devient l'élément emblématique des jardins à la française (notamment ceux dessinés par André Le Nôtre, au Château de Versailles ou à Vaux-le-Vicomte). Aujourd'hui, ce sont aussi les fantaisies qu'autorisent l'art topiaire qui sont appréciées des paysagistes : certains jardins font même de la sculpture végétale leur spécialité.

Taille en topiaire : en pratique

Quels végétaux ?

Topiaire - If

If taillé en topiaire

Les végétaux qui se prêtent le mieux à l'art topiaire sont ceux dont le feuillage est dense et persistant, avec des feuilles de petite taille, un port ramifié et compact, et qui supportent bien des tailles répétées. Les arbres et arbustes les plus fréquemment utilisés sont l'if et le buis à petites feuilles (Buxus sempervirens) ; on peut aussi réaliser de très beaux topiaires avec le laurier-sauce, certains cyprès, le troène, le thuya (moyennant des tailles fréquentes !), certains houx (en particulier Ilex crenata 'convexa', bien adapté à la taille en nuage très utilisée dans les jardins japonais), le chèvrefeuille arbustif (Lonicera nitida) ou même le lierre.
La charmille peut également faire l'affaire : grâce à son feuillage marescent (c'est-à-dire qui sèche à l'automne et demeure en place jusqu'à l'apparition des nouvelles feuilles, au printemps suivant), les "sculptures" changent de couleur tout au long de l'année.

>> Lire aussi : Quels végétaux pour remplacer le buis ?

Croissance lente ou rapide ?
Sachez qu'avec une espèce à croissance rapide, vous obtiendrez plus vite la forme souhaitée à partir d'un jeune plant, mais les opérations de taille devront être fréquentes. Une espèce à croissance lente sera quant à elle plus longue à mettre en forme mais son entretien sera moins contraignant. Moralité : si vous achetez un topiaire déjà formé, une croissance lente est un avantage ; au contraire, si vous souhaitez créer vous-même votre topiaire, préférez un arbuste qui se développera rapidement... sauf si vous êtes particulièrement patient !

Quels outils de taille ?

Pour les grandes surfaces planes ou légèrement courbes, les cisailles à haie sont indispensables. Pour les détails ou les petites surfaces, utilisez un sécateur ou même des ciseaux à bonsaï pour les finitions.

>> Lire aussi : Les outils pour tailler

Formation du topiaire

Formation d'un topiaire de buis

Formation d'un topiaire de buis

Installez le plant à l'endroit choisi, en pleine terre ou en pot (en respectant la saison de plantation et les conditions de culture propres à chaque espèce), et disposez autour de lui une structure métallique (grillage, tuteurs, arceaux...) de la forme souhaitée. Certaines sont plus faciles à réaliser que d'autres (boule, cube) ; pour les formes complexes (animaux), vous pouvez trouver des guides métalliques dans le commerce.
Il vous faudra patienter le temps que la plante atteigne le volume requis. Aidez-la à remplir l'intérieur de la forme de façon homogène, en guidant les jeunes rameaux et en les attachant à la structure métallique. Pincez les rameaux pour favoriser leur ramification et obtenir un "coeur" bien dense. Une fois suffisamment développé, le végétal commence à déborder de la forme : laissez-le dépasser de 1 ou 2 cm la structure métallique, qui sera ainsi invisible, et rabattez les jeunes pousses au fur et à mesure. Pour certaines formes, 2 ou 3 arbustes peuvent être nécessaires pour créer un topiaire.

Tailles d'entretien

La fréquence de taille dépend de l'espèce choisie : plus la croissance est rapide, plus il faut intervenir souvent. Ainsi, le chèvrefeuille arbustif doit être taillé une fois par mois, alors que le buis ou l'if peuvent patienter 3 ou 4 mois entre deux séances de toilettage. Pensez-y au moment de choisir votre végétal !
Pour les formes géométriques, qui sont les plus simples à réaliser et à entretenir, aidez-vous d'un cordeau pour tailler bien droit les cubes et autres parallélépipèdes (comme pour les haies). Un gabarit en cercle ou en demi-cercle (que l'on déplace du bas vers le haut ou que l'on fait pivoter sur son axe) vous facilitera beaucoup la tâche pour tailler les formes en cylindre ou en boule.

Où admirer de beaux topiaires ?

>> Lire aussi :

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage