pictogerbeaud.com

Dans les vergers français, la noix se porte bien

La production de fruits est en chute libre en France depuis 10 ans. Pommes, pêches, prunes, poires et abricots subissent de plein fouet la concurrence européenne. Une exception : la noix française, qui affiche une forte progression.

En France, les noyers ont la cote !

NoixSelon le dernier recensement du Ministère de l'Agriculture, qui analyse l'évolution des vergers français entre 2000 et 2010, la noix est, avec le kiwi, le seul fruit dont la culture n'a pas régressé au cours de la dernière décennie. Mieux : les surfaces de noyers ont même bondi de près d'un quart en France, et la noix occupe désormais la 2e place dans le palmarès des fruits les plus cutlivés dans l'hexagone. Plusieurs raisons au succès de ce petit fruit sec, produit à 50% en région Rhône-Alpes : il s'exporte bien (sous toutes les formes : en coque, décortiquée, pâtisseries, huile...), et son image a largement profité des efforts de communication menés par la filière (atouts nutritionnels, ancrage régional -la noix de Grenoble et la noix du Périgord bénéficient chacune d'une AOC-).

Les fruits français se font plus rares sur les étals

Les autres fruits, en revanche, font grise mine :

La Fédération Nationale des Producteurs de Fruits (FNPF) voit une raison à cette dégringolade des surfaces de vergers : la concurrence des autres pays européens, qui mettent sur le marché des fruits moins chers (les charges, particulièrement élevées en France, plombent la rentabilité des exploitations qui ne peuvent pas faire face à la fois au coût élevé de la main d'oeuvre et à la baisse des prix imposée par la grande distribution). D'ailleurs, le nombre d'exploitations arboricoles et fruitières a plongé lui aussi depuis 10 ans, passant de 24.000 à 17.000, les petites exploitations étant les plus nombreuses à disparaître.

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage