pictogerbeaud.com

Des plantes aquatiques pour fixer les micropolluants de l'eau

Dans l'Hérault, un projet unique au monde, baptisé "zone Libellule", a vu le jour grâce à une filiale de la Lyonnaise des Eaux : une zone humide où poussent des plantes aquatiques dépolluantes, pour débarrasser l'eau des micropolluants qui subsistent après le traitement en station d'épuration.

Un complément naturel aux stations d'épurationLentilles d'eau et grenouille

Résidus de médicaments, de pesticides et d'hydrocarbures, perturbateurs endocriniens et métaux ne sont généralement pas traités par les stations d'épuration, qui sont performantes surtout pour le carbone, l'azote et le phosphore. Les micropolluants, eux, restent dans les eaux après traitement et rejoignent le milieu naturel, créant des perturbation au niveau des écosystèmes aquatiques.

Avec l'espace tampon humide installé en sortie de station d'épuration sur la commune de St Just, près de Montpellier, dans l'Hérault, les micropolluants sont captés par les plantes aquatiques installées à cet effet : c'est une eau d'une meilleure qualité qui retourne à la rivière.

Près de 40 espèces végétales aquatiques

Une quarantaine d'espèces végétales aquatiques locales et parfaitement adaptées ont été plantées sur les 17.000 m2 de la zone humide. Menthe aquatique, lentilles d'eau, roseaux, nénuphars... Ces plantes captent théoriquement jusqu'à 99% des micropolluants tout au long du circuit parcouru lentement par l'eau. Ce circuit hydraulique comprend des bassins à phytoplancton, des méandres, des deltas, une prairie humide, et il faut 10 à 20 jours à l'eau pour rejoindre la rivière qui coule à proximité.

Les mares accueillent également des batraciens et toute une faune et une flore aquatiques, ce qui permet de développer la biodiversité locale.

Une possible généralisation à d'autres communes en France

Ce projet "Zone Libellule" (pour Zone de Liberté Biologique et de Lutte contre les Polluants Aquatiques) est une première mondiale. Si l'essai s'avère concluant, la Lyonnaise des Eaux devrait installer d'autres zones tampon humides de ce type dans d'autres communes françaises comptant moins de 10.000 habitants.

Clémentine

En savoir plus sur le site de La Tribune

Crédit photo : flickr.com / ComputerHotline

http://www.gerbeaud.com
La passion du jardinage