Les plantes des parfumeurs

Le 30 septembre 2014 par Clémentine Desfemmes

Le monde végétal offre une vaste palette de senteurs : fleurs parfumées, feuilles aromatiques, écorces et résines aux fragrances puissantes, graines odorantes... L'homme a très vite su utiliser les odeurs qu'offre la nature pour en faire des parfums. Quelles plantes ? Quel rôle joue chacune dans un parfum complexe ? Escapade au royaume des fragrances...

Les plantes utilisées en parfumerie

Il est certaines plantes, parmi celles qui embaument nos jardins, qui ont aussi leurs entrées dans les ateliers de parfumeurs. On pense bien sûr aux fleurs : rose, mimosa, lavande, tubéreuse, jasmin, autant de floraisons aux senteurs remarquables dont on extrait des molécules volatiles et odorantes, qui entrent dans la composition de nos parfums et eaux de toilettes.

Cependant, les fleurs ne sont pas les seules à offrir aux parfumeurs leurs matières premières : dans de nombreux cas, c'est une autre partie de la plante qui fournit les précieuses substances aromatiques, telles que feuilles (c'est le cas de la plupart de nos "plantes aromatiques"), bois, écorces, tiges, rameaux, résines, racines, fruits, graines... De manière plus inattendue, certains lichens sont également utilisés, c'est dire si la palette du parfumeur est large (Evernia prunastri, qui se développe sur l'écorce du chêne pédonculé, offre des senteurs boisées, mêlées de champignon, d'algue et d'humus).

Ces substances odorantes sont extraites de différentes manières, selon leur concentration dans la plante, leur fragilité (sensibilité à la chaleur par exemple) et selon les contraintes de coûts (certaines techniques sont très onéreuses) : si la plus fréquente est la distillation à la vapeur, qui donne une huile essentielle, on a également recours à l'enfleurage et à la macération (qui donne une absolue), et dans le cas des fruits d'agrumes, à l'extraction par simple pression des zestes (on obtient une essence).

Scène végétale vue à travers une bouteille de parfum
Scène végétale vue à travers une bouteille de parfumAgrandir l'image

Quelques plantes à parfums

  • Fragrances extraites des fleurs : rose, mimosa, oranger, jasmin, lavande et lavandin, iris, gardénia, lis, héliotrope, muguet, réséda, violette, tubéreuse, ylang ylang, clou de girofle (ce fameux "clou" étant en fait un bouton floral)...
  • Feuilles "à parfums" : romarin, eucalyptus, menthe, géranium, patchouli, mélisse, agrumes, ciste à gomme, violette...
  • Racines : iris, vétiver, nard (encore que son usage ait tendance à se perdre de nos jours)...
  • Bois et écorce : cèdre de l'Atlas, santal, gaïac, cannelle, amyris, bois de rose...
  • Résine et gomme : benjoin, myrrhe, galbanum, encens (oliban)...
  • Graines : anis, muscade, cardamome, fève tonka, poivre...
  • Fruits : tous les agrumes, vanille...

Parfois, différentes parties d'une même plante donnent chacune une essence particulière. Ainsi, chez l'oranger amer ou bigaradier (Citrus aurantium), les fleurs donnent le néroli ou "absolue de fleur d'oranger", les fruits donnent l'huile essentielle de bigarade, et les parties ligneuses donnent l'absolue de brouts ; chacune de ces substances ayant une odeur caractéristique. Chez la violette, les fleurs parfumées sont évidemment utilisées, ainsi que les feuilles.

Feuilles de patchouli (Pogostemon cablin)
Feuilles de patchouli (Pogostemon cablin)Agrandir l'image

Plantes aromatiques, plantes à parfums

Les plantes utilisées en parfumerie sont généralement des plantes dites aromatiques, c'est-à-dire qu'elles synthétisent des substances complexes volatiles et odorantes, soit pour attirer les insectes pollinisateurs, soit pour repousser les ravageurs, soit pour se protéger contre les maladies, ou encore pour résister aux conditions climatiques (pour en savoir plus, lire Pourquoi certaines plantes sont-elles aromatiques ?).

Extraction des substances aromatiques de pétales de rose
Extraction des substances aromatiques de pétales de roseAgrandir l'image

Note de tête, note de coeur, note de fond : à chaque plante son rôle

Le parfumeur (on parle de "nez") utilise un grand nombre de substances aromatiques pour élaborer un seul parfum, et les recettes, tenues secrètes, sont très complexes. Cependant, chaque parfum créé correspond à une architecture de base, composée d'une note de tête, d'une note de coeur et d'une note de fond : comme dans un ballet, les différentes fragrances s'harmonisent, se complètent, se font écho, se mettent mutuellement en valeur ou se tempèrent, et occupent tour à tour le devant de la scène olfactive.

La note de tête, composée des essences les plus légères, les plus volatiles, s'exprime en premier, de manière intense et éphémère (elle persiste entre quelques minutes et 2h) : elle correspond en général à des senteurs fraîches, vives, comme celles d'agrumes (on parle de notes hespéridées), de menthe, de verveine, d'eucalyptus, de lavande, d'anis, de bois de rose...

La note de coeur, moins intense que la note de tête, dure cependant plus longtemps, entre 2 et 10h. Séduisante, elle est souvent composée de notes florales ou épicées : cardamome, clou de girofle, galbanum, lavande et lavandin, rose, jasmin, sauge sclarée, noix de muscade, bois de rose, géranium, galbanum, coriandre, anis...

La note de fond, quant à elle, composée des molécules odorantes les plus lourdes, tarde à s'exprimer mais persiste très longtemps, notamment dans les cheveux ou sur un vêtement (entre 8h et plusieurs mois !). Composée de notes boisées, vanillées, musquées ou ambrées, c'est elle qui donne sa personnalité au parfum et fait que l'on s'y attache ; c'est aussi elle qui lie un parfum à un souvenir (cela fonctionne pour notre propre parfum, auquel on peut rester fidèle durant des années, mais aussi, voire surtout, pour celui des autres : réminiscence de l'odeur du savon parfumé d'une grand-mère, eau de toilette d'un père ou d'une mère, parfum porté par l'être aimé...). Amyris, cèdre, benjoin, gaïac, vanille, ciste à gomme, fève tonka, encens, santal : autant de senteurs qui donnent ainsi une profondeur au parfum.

Création d'un parfum
Création d'un parfumAgrandir l'image

Choisir un parfum : pas de précipitation !

Voilà donc pourquoi on a parfois bien du mal à choisir un parfum en quelques minutes, dans une parfumerie. Un parfum qui vient juste d'être vaporisé ne dévoile que sa note de tête, alors que les notes de coeur et de fond, les plus importantes, restent encore imperceptibles. Il faut donc vaporiser le parfum au creux du poignet (ou sur un vêtement), le respirer plusieurs heures après l'application pour en découvrir toute sa personnalité... et revenir le lendemain, cette fois-ci sûr(e) de son choix !

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les plantes des parfumeurs

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question