Cueilleur de plantes sauvages : un métier à part entière

Le 19 octobre 2010 par Xavier Gerbeaud

Profiter des balades pour cueillir quelques plantes sauvages, c'est un loisir, un plaisir. Les plus zélés s'en iront même battre la campagne, munis d'un panier, dans l'unique but de récolter tel ou tel délice sauvage afin de s'en régaler. Mais savez-vous que certains en font leur métier ?

Chasseur de plantes : une vocation...

Cueillette sauvageIls ne sont qu'une poignée, en France, à avoir créé leur petite entreprise de cueillette de plantes sauvages, afin de répondre à une demande très spéciale : celle des laboratoires homéopathiques, qui ont besoin d'importantes quantités de plantes pour élaborer leurs fameuses granules. Ce métier de cueilleur est une vocation : il faut avoir le goût du travail en plein air (de mars à fin octobre, on arpente chemins, bois et prés), aimer les voyages (la chasse aux plantes se fait aux quatre coins de la France, et même ailleurs en Europe), apprécier ces quêtes sans cesse renouvelées, et être doté de solides connaissances de botanique. En un mot, il faut être passionné.

... et une organisation bien huilée

Cependant, la passion ne suffit pas : être cueilleur de plantes, cela ne s'improvise pas. Pour récolter plusieurs tonnes de chaque espèce végétale, à la période propice, et conserver les plantes dans de bonnes conditions, il faut un minimum d'organisation, de matériel et de main d'oeuvre. Ainsi, en 1985, Régis Buffière s'est installé à Chamelet, dans le Beaujolais, et a créé sa société, SCP Rivier, avec son beau-frère et son épouse. Son fils les a aujourd'hui rejoints. La société familiale emploie une grosse équipe de saisonniers et a dû investir dans 4 camions frigorifiques et une chambre froide. Les programmes de cueillettes sont précisément établis, car certaines plantes, comme les bourgeons de frêne, doivent être cueillies à des dates très précises, qui varient en fonction de la météo, de l'altitude, du climat... Et comme rien n'est cartographié, il faut apprendre à repérer les lieux de récolte de chaque plante, pour savoir où chercher l'année suivante. Finalement, être cueilleur professionnel, cela demande une rigueur insoupçonnée !

Lire l'article du site leprogres.fr

Clémentine Desfemmes

Crédit photo : flickr.com / Zoolette Desbois

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 4

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Cueilleur de plantes sauvages : un métier à part entière

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Coton48
11/03/2016, à Chatel-guyon

Répondre

Je vis dans un coin de nature ou les plantes sont à portée de mains et j'aimerais avoir des informations sur ce métier, comment commencer, quel matériel faut il avoir, comment contacter les labos ou les coopératives par avance je vous remercie de tous mon coeur

Mingma
07/10/2014, à Oloron st marie

Répondre

Bonjour , cela fait longtemps que je suis intéressé pour ramasser les plantes sauvages , afin de savoir leur propriétées "" la base des remèdes n 'est il pas dans les plantes ? Actuellement je ramasse "" la cardère " bon pour la maladie de lyme . j 'aimerais avoir des renseignements sur ce métier ... coordialement carole

Coco1965
25/03/2013, à Tours

Répondre

Je vis à la campagne et suis intéressé par ce métier . Je n'arrive pas à obtenir des informations sur ce métier qui est méconnu, quelqu'un pourrait il m'aiguiller.

Elisabethbetty
28/12/2011, à Lorient

Répondre

Trés intéréssée par la cueillette des plantes mais comment les vendre en Bretagne? y a-t-il une formation??? Les Labo restent muets..