Le métier d’architecte paysagiste

Le 28 août 2008 par Xavier Gerbeaud

Le métier de l’architecte paysagiste est mal connu et difficile à cerner si l'on n'a jamais eu recours à lui. Découvrez cette profession, ses actions et les compétences obligées d'un métier qui tient autant de l'environnement que de l'architecture.

Parc des Cormailles (Ivry) - D.R Mélanie Dupuis

Parc des Cormailles (Ivry) - D.R.

Le métier de l’architecte paysagiste est encore assez peu connu et plutôt difficile à cerner par les personnes n’étant pas proches de la profession. Ceci pour plusieurs raisons : par le fait de son interdisciplinarité, par le manque d’informations (l’architecte paysagiste ne fait pas que des plates-bandes de fleurs !) et par l’absence de véritable réglementation.

En effet, ce métier n’est pas encore reconnu juridiquement et tout le monde pourrait se proclamer paysagiste... Mais, réjouissons nous, ces derniers sont de mieux en mieux reconnus et les villes ou particuliers font de plus en plus appels à leurs services.

Son domaine d'intervention

C’est un métier qui se situe entre l’environnement et l’architecture. L’architecte-paysagiste aménage et planifie le paysage, qu’il soit rural ou urbain. De plus en plus, des équipes se forment entre urbanistes, architectes, VRD, autres BET et des architectes paysagiste afin de répondre de manière complète aux appels d’offre. Le paysagiste apporte le "petit plus" de la poésie du lieu, de la prise en compte du contexte, du végétal, de l’histoire. Il est généralement plus sensible face au lieu qu’il va aménager.

Il peut être appelé pour :

  • des plans de paysages,
  • la confection de PLU (Plans Locaux d'Urbanisme),
  • de schémas directeurs,
  • des études d’impact...

Mais aussi :

  • infrastructures routières,
  • ZAC (Zones d'Aménagement Concerté),
  • aménagements urbains ou ruraux,
  • mise en place de nouveaux quartiers,
  • réhabilitations de friches industrielles,
  • de jardins historiques...

Mais encore : jardins de particuliers ou de complexes hôteliers...

Il peut se faire artiste (tout en prenant en compte le paysage) et participe alors à des projets de land’art ou de jardins éphémères (comme par exemple : Chaumont sur Loire).

Précision

Le terme "architecte" est légalement protégé par l'ordre des architectes. Le terme architecte paysagiste n'est donc pas très légal, ce dernier manquant cruellement d'une règlementation et de reconnaissance. Beaucoup de paysagistes concepteurs se nomment ainsi tout de même ou bien encore ingénieur paysagiste, afin de se démarquer du paysagiste entrepreneur.

Les connaissances de l'architecte paysagiste

Comme nous l’avons dit dans le premier paragraphe, les connaissances de l’architecte paysagiste sont multiples et interdisciplinaires:

  • Projet de paysage : il analyse un site, élabore des concepts de projets, doit connaître les techniques de construction en rapport avec le projet, et doit élaborer un tableau de composition végétale.
  • Culture : il appréhende la culture et la lecture du paysage, les notions de base de l’architecture et de l’histoire de l’art
  • Sciences de la vie : voici un thème important à ce métier : la notion de vivant... Il doit connaître la botanique, l’écologie, la géologie, reconnaître les végétaux
  • Il aborde aussi les sciences sociales, les normes juridiques, les techniques de gestion et les mises en place de devis.
  • La dernière discipline importante est la communication. En dehors du fait de dessiner un projet, il faut aussi savoir le vendre. La poésie et l’esthétique ne sont pas les seuls critères à prendre en compte face à son client...
Chaumont /s Loire - 2008

Festival des jardins de Chaumont sur Loire (2008)
Parcelle "meli-melo" réalisée et conçue pour la Ville
de Paris par Isabelle Gayraud (scénographe) et
Adélaïde DUPRE DE POMAREDE (paysagiste)

Ces différentes connaissances permettent alors à l’architecte paysagiste de comprendre un lieu, un paysage et d’en saisir ses atouts. Ou bien d’en saisir ses "défauts" qui peuvent devenir de véritables sources de projet et d’inspirations. Elles lui permettent aussi de pouvoir projeter en comprenant les aspects économiques, sociaux et environnementaux, surtout en cette période où le développement durable et la gestion des ressources naturelles deviennent de plus en plus importants. L’architecte paysagiste n’est pas un conservateur mais il doit pourvoir faire évoluer ses projets avec les contraintes écologiques et pouvoir transmettre une terre et des paysages sains à leurs futures générations. Ces connaissances apprennent à prendre en considération deux notions difficiles à capter : le temps et l’espace. Il construit dans un espace mais joue avec les notions de perspectives, de limites, de contexte du projet... De même, le temps joue un rôle important. Contrairement, à l’architecte qui construit un bâtiment qui va se dégrader avec le temps puisqu’il s’agit d’un matériel inerte, le paysagiste travaille aussi avec le végétal. Or ce dernier a besoin de temps pour s’épanouir et donner le meilleur de lui-même et créer le tableau rêvé. La connaissance du végétal est donc très importante ! Elle nous distingue des autres corps de métiers que nous avons vu dans le premier paragraphe.

Les débouchés possibles

L’architecte paysagiste peut travailler en indépendant ou collaborer dans plusieurs structures :

  • Bureaux d’études d’Architecture du Paysage
  • Bureaux d’urbanisme
  • Bureaux d’architecture
  • Bureaux d’ingénieurs-conseils
  • BET divers
  • Administrations publiques (CAUE, département, ville...)
  • Entreprises d’aménagements paysagers

Ecoles pour architecte-paysagiste

Si vous êtes intéressés par cette formation, voici une liste d’écoles accessibles à partir d’un bac+2 et donnant le titre d’architecte paysagiste :

France

  • Ecole de Versailles / Ecole de Lille / Ecole de Bordeaux : architecte paysagiste DPLG (4 ans d'études après concours)
  • ESAJ : Ecole supérieure d’architecture des jardins
  • ENSNP : Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage, Blois (accessible juste après le bac)
  • Autres : ENSHAP d’Angers, ITIAPE de Lille ou Antibes, INH d'Angers, prépa d'Angers accessible après le bac

Belgique

Ecole de Gembloux-Ingénieur architecte paysagiste

Suisse Romande

HES de Lullier -Ingénieur HES architecte paysagiste (Licence et Master)

 

Mélanie Dupuis
Architecte paysagiste
http://melanie.dupuis.over-blog.fr

Commentez cet article 4

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Le métier d’architecte paysagiste

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Audeb
12/06/2013, à Lille

Répondre

Bonjour, je suis en 1ère et j\'aimerais être paysagiste mais je ne suis pas encore vraiment sûre. est-ce que je peux faire un stage dans une entreprise ou une mairie pendant les vacances pour savoir? comment faut-il s\'y prendre?

Créateur-jardin-78
13/09/2012, à Marly le roi

Répondre

Si vous cherchez un véritable professionnel du paysagisme, et un créateur original, pour faire votre jardin japonais par exemple, contacter m. jovanovic, société brin d'herbe (78). www.brin-dherbe.fr

Bricoleu
30/12/2011, à Vincennes

Répondre

C'est sympa ce métier et l'article est bien fait. cependant cela fait une semaine qu'il apparaît chaque jour dans le fil rss. Ça lasse !!!

Johann laskowski
18/05/2009, à Vanves

Répondre

Bravo pour cet article définissant enfin comme il se doit notre métier d'architecte paysagiste. merci mélanie et bonne continuation ! johann

Ceci peut aussi vous intéresser