La petite faune du bassin

Le 9 août 2017 par Clémentine Desfemmes

Quelle faune un bassin ou une mare sont-ils susceptibles d'accueillir ? Grenouilles, insectes, crustacés, voici les petits animaux aquatiques que l'on rencontre fréquemment dans une pièce d'eau.

Le bassin : une riche biodiversité

Un bassin, c'est un élément de décoration du jardin, un espace de fraîcheur, un endroit où installer et cultiver des plantes aquatiques, c'est aussi, pour certains, l'occasion d'avoir des poissons. Mais une pièce d'eau a également l'avantage d'accueillir une faune variée : que l'on dispose d'un petit bassin ou d'une mare plus grande, la présence d'insectes, mollusques et batraciens est le signe d'un écosystème en bonne santé. Ceux-ci indiquent en effet que la qualité de l'eau est bonne, que les plantes aquatiques qui y poussent offrent le gîte et le couvert et assurent une bonne oxygénation de l'eau, et que la biodiversité est suffisamment riche pour que des chaînes alimentaires se créent et que le biotope soit durable et stable.

Libellule
LibelluleAgrandir l'image

Une faune menacée... à protéger

A noter que nombre de ces espèces animales aquatiques sont protégées en France : les zones humides étant en recul, les êtres vivants qu'elles abritent sont menacés eux aussi, donc très souvent protégés.

>> Lire : Jardin d'eau : style, faune et flore

Les insectes aquatiques ou attirés par l'eau d'un bassin

Les insectes sont nombreux à s'installer dans un bassin. Qu'il s'agisse d'insectes aquatiques ou d'insectes dont seulement les larves vivent dans l'eau, ils représentent une faune variée. Voici les plus fréquents :

Dytique adulte
Dytique adulteAgrandir l'image

  • Les moustiques, dont les larves sont aquatiques et représentent une source de nourriture pour de nombreux prédateurs (arthropodes, batraciens...) ;
  • Les libellules et les demoiselles (les unes ont les ailes étalées à plat au repos, chez les secondes, les ailes sont dressées verticalement), chez qui adultes et larves sont de redoutables prédateurs d'insectes aquatiques ou volants, mais aussi d'alevins et de têtards ;
  • Le dytique, un coléoptère carnivore aquatique mesurant jusqu'à 3,5cm de long, reconnaissable à son étrange nage "à deux pattes", et capable de capturer, outre des insectes, des têtards et de petits alevins. Il respire sous l'eau grâce à l'air qu'il capte, tête en bas, à la surface de l'eau, et qu'il stocke sous ses ailes ;
  • L'hydrophile, qui ressemble au dytique mais est plus gros (jusqu'à 6 cm) et herbivore ;
  • L'éphémère ou "mouche de mai", avec ses 3 queues ; les adultes ne vivent que 2 ou 3 jours mais les larves (essentiellement phytophages) peuvent vivre de quelques semaines jusqu'à 2 ans dans l'eau ;
  • La phrygane, dont la larve aquatique est reconnaissable au fourreau qu'elle se fabrique afin de se protéger, avec tout ce qu'elle peut trouver : débris de coquillages, morceaux de bois, de feuille...
  • Le chironome, qui ressemble à un moustique, et dont la larve n'est autre que le "ver de vase" ;
  • Le gerris, improprement surnommé "araignée d'eau" car il s'agit d'une punaise, capable de marcher à la surface de l'eau, et mesurant de moins d'1cm jusqu'à 4cm pour les plus gros ; il se nourrit d'invertébrés aquatiques ou flottants (insectes volants tombés à l'eau par exemple) ;
  • La notonecte, punaise aquatique qui nage sur le dos en se servant de deux longues pattes comme propulseur, et stocke l'air sous ses élytres, comme le dytique ; la larve ressemble à l'adulte. Carnivore et redoutable prédatrice, elle se nourrit de vers de vase, d'insectes aquatiques, de têtards, d'alevins... Elle est capable de voler... et de piquer !
  • La ranâtre, autre punaise aquatique carnivore, au corps filiforme, assez semblable à celui du phasme, et qui respire grâce à un siphon respiratoire (un peu comme un tuba) situé à l'extrémité de son abdomen ;
  • La nèpe, punaise surnommée "scorpion d'eau" à cause de ses deux pattes antérieures semblables à des pinces et lui permettant de capturer ses proies ; comme la ranâtre, elle respire grâce à un siphon postérieur, beaucoup plus long que chez la précédente.
Gerris
GerrisAgrandir l'image

Outre ces insectes qui sont inféodés au milieu aquatique, le bassin en attire d'autres, qui apprécient la fraîcheur procurée par l'eau et que l'on aperçoit à proximité des pièces d'eau : grande sauterelle verte, lucane cerf-volant, certains papillons (machaon, morio, vulcain), luciole (ou "ver luisant")...

Les arachnides du bassin : les araignées d'eau

Les araignées n'étant pas insectes, elles ont beau n'être pas très nombreuses dans les bassins, elles méritent cependant d'être listées à part ! Deux espèces d'araignées vivant dans l'eau ou à proximité directe des mares et des bassins sont assez communes :

Argyronète, araignée aquatique
Argyronète, araignée aquatiqueAgrandir l'image

  • La tétragnathe étirée, une araignée tout en longueur qui tisse sa toile à l'horizontale au-dessus de l'eau ou sur les berges ;
  • L'argyronète, araignée aquatique qui tisse sa toile sous l'eau ; elle y stocke une grosse bulle d'air qui lui permet de respirer.

Les crustacés et les mollusques

Les bassins accueillent aussi de petits crustacés d'eau douce : l'aselle, qui se nourrit de déchets et mesure entre 0,8 et 1,5cm, les daphnies (quelques millimètres de long) et d'autres microcrustacés composant, avec d'autres organismes microscopiques, le zooplancton.

A noter que les écrevisses d'eau douce sont rares en eau stagnante, elles préfèrent les eaux courantes ; en revanche, les écrevisses américaines (espèces invasives) peuvent vivre en eau moins oxygénée, donc dans les mares.

Limnée (Limnaea stagnalis)
Limnée (Limnaea stagnalis)Agrandir l'image

Quant aux mollusques d'eau douce, ils sont essentiellement représentés par les anodontes ou "moules filtrantes" (on en trouve dans les magasins d'aquariophilie), qui détiennent sans doute le record de longévité du bassin (jusqu'à 20cm de long et 150 ans d'espérance de vie !), les limnées et les planorbes (gastéropodes aquatiques dont la coquille atteint 6 cm chez les premières et 3 cm chez les secondes), qui se nourrissent essentiellement de déchets organiques, d'algues et des bactéries qui composent le biofilm à la surface des végétaux ou des parois des bassins et des aquariums ; elles mettent plus rarement des plantes aquatiques fraîches à leur menu.

Grenouilles, crapauds, salamandres : les amphibiens du bassin

Les amphibiens, autrefois appelés batraciens, sont les grenouilles, crapauds, tritons et salamandres. Il est assez fréquent de trouver leurs larves, les têtards, dans les bassins et les mares. Grenouilles et crapauds sont utiles au jardin : ils font partie des auxiliaires du jardinier (lire : Aménager son jardin pour attirer la faune utile). Tous les amphibiens sont protégés en France, sauf la grenouille verte.

Triton
TritonAgrandir l'image

L'hydre, un étrange habitant de certains bassins

L'hydre est un polype, animal de l'embranchement des Cnidaires, de très petite taille, mesurant au maximum 1,5cm. Dépourvu de squelette, il est muni d'un nombre variable de tentacules. Il vit fixé à la végétation et se nourrit de petits invertébrés aquatiques, voire d'alevins, qu'il capture grâce à ses tentacules urticants. Il a l'étrange capacité de se régénérer (il peut reconstituer une partie de son corps qui lui aurait été retirée) et, de ce fait, est considéré comme quasiment immortel. Il a aussi le pouvoir de se multiplier par bourgeonnement (un nouvel organsime pousse sur l'hydre parent), ou par bouturage, comme pour les plantes !

Hydre verte, Hydra viridissima
Hydre verte, Hydra viridissimaAgrandir l'image

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
La petite faune du bassin

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question