Moins d'insectes parasites sur les cultures bio

Le 30 novembre 2010 par Clémentine Desfemmes

L'agriculture biologique, c'est bon pour l'environnement, mais pas seulement : d'après une étude américaine, les cultures végétales bio seraient moins parasitées par les insectes ravageurs que les cultures conventionnelles. Un bon point supplémentaire en faveur de la bio !

Moins de parasites et des plants plus gros en culture bio

Doryphore sur une feuilleLa prestigieuse revue Nature a publié récemment une étude conduite par David Crowder, spécialiste des insectes et membre de l'université de l'Etat de Washington. Selon cette publication, les cultures menées selon les règles de l'agriculture biologique (c'est-à-dire n'employant ni engrais de synthèse ni pesticides chimique) seraient moins concernées par les attaques d'insectes ravageurs. L'étude met notamment en avant l'exemple du doryphore, un insecte parasite du plant de pomme de terre : sur une parcelle bio, on compterait 18% de doryphores de moins par rapport à une parcelle témoin, menée en agriculture conventionnelle. Dans le même temps, les plants de pomme de terre bio seraient 35% plus gros que les plants témoins, non bio.

Bio comme lutte biologique

Dans le cas du doryphore, le rendement de la culture de pomme de terre bio serait donc doublement gagnant, avec des plants plus développés et moins de dégâts causés par les ravageurs. David Crowder explique en partie cela par un meilleur équilibre entre les insectes ravageurs et leurs prédateurs naturels : laisser davantage de place à la biodiversité, c'est aussi favoriser la lutte biologique ! Avis aux adeptes du potager bio...

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Moins d'insectes parasites sur les cultures bio

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Vila
23/12/2013, à Parthenay79

Répondre

Semer dans la culture du lin bio, je pratique ce geste depuis 5 saisons consécutives avec disparition totale du doryphore