Le miel : de l’or liquide !

Le 26 septembre 2014

A la découverte du miel, en compagnie de Philippe WEIBEL, du Rucher de l'Ours, apiculteur passionné établi depuis près de 40 ans dans les montagnes pyrénéennes, où les abeilles profitent encore d'une nature épargnée par la pollution...

Vertus et mystères du miel

Il est un produit divin qui existe depuis la nuit des temps : le miel.

Cette substance sucrée qui varie du jaune pâle au brun foncé en passant par des tonalités rougeâtres, et même parfois verdâtres, est un véritable concentré de douceur. On connaît aujourd’hui précisément sa composition sans pour autant être capable d’expliquer les vertus qui lui sont associées, elles-mêmes liées aux plantes dont les différentes variétés sont issues. Il existe des dizaines de plantes mellifères dans le vaste monde, que les abeilles exploitent patiemment pour produire une ribambelle de parfums différents.

Miel : de l'or liquide
Miel : de l'or liquideAgrandir l'image

 

Le savoir-faire des abeilles

Celle qu’on appelle scientifiquement apis mellifera extrait le sucre du nectar de la plante qu’elle butine et fabrique ensuite le miel grâce à un long processus dont elle seule détient le secret. Une fois le nectar récolté, les butineuses lèguent leur récolte à d’autres abeilles qui s’empressent de l’enrichir d’enzymes. Les ouvrières vont ensuite faire sécher cette substance en l’étalant avec leur langue et en la stockant dans les cellules de la ruche. Puis, les abeilles ventileuses font monter la température de la ruche à plus de 30 degrés, ce qui va réduire la teneur en eau du miel. Enfin, les cellules sont recouvertes de cire, pour protéger le précieux liquide.

Abeille butinant une lavande
Abeille butinant une lavandeAgrandir l'image

Pas d'apiculteur, pas de miel !

C’est à ce moment-là qu’intervient l’apiculteur qui va désoperculer consciencieusement les cadres pour en extraire le miel, et finalement le mettre en pot avant de l’apporter sur votre table. Il faut une connaissance des abeilles et des règles du métier remarquable pour pouvoir réaliser ces opérations dans le plus grand respect de la nature et des abeilles. Ce sont les apiculteurs qui de tout temps, en collaborant avec ces merveilleux insectes, nous ont permis de déguster ce cadeau exceptionnel à la saveur des plus surprenantes.

>> A voir : la récolte du miel en vidéo

Apiculteur ouvrant une ruche
Apiculteur ouvrant une rucheAgrandir l'image

Miel des montagnes pyrénéennes

Dans les Pyrénées, l’environnement est particulièrement privilégié pour la production de miel puisque la flore mellifère est d’une richesse sans équivalence. D’autre part, le miel qui y est produit provient de fleurs sauvages, éloignées de toute culture où des produits chimiques pourraient être dispersés.  Dans cette région ensoleillée l’éventail des fleurs et des arbres qui permettent aux abeilles de s’épanouir est tel qu’il permet d’étaler les récoltes sur plusieurs mois de l’année. 

Un travail de longue haleine pour le régal de tous

De fin avril jusqu’à début novembre, le travail des abeilles et des apiculteurs est intense. Les ruches sont d’abord installées sur la garrigue, où sont produites les variétés de miel de thym, romarin, lavande, bruyère, puis transhumées en montagne et enfin en haute montagne pour y récolter les miels de tilleul, acacia, châtaigner, sapin, rhododendron, framboisier. La saison de récolte s’achève avec le miel d’arbousier. Cette richesse que nous offre la nature, s’offre également à nos palais, puisqu’à chaque miel correspond des caractéristiques de goût et de consistance bien particulières. Tout comme pour les vins, on peut s’amuser à tester les différents miels et y reconnaître des saveurs fruitées, boisées, maltées, douces, intenses… De quoi régaler des néophytes aux plus connaisseurs d’entre nous.

Montagne de miels des Pyrénées
Montagne de miels des PyrénéesAgrandir l'image

Le miel : un trésor à préserver

Mais cette précieuse denrée se raréfie. Aujourd’hui, sans les apiculteurs les abeilles ne parviendraient pas à survivre, ces derniers jouent en effet un rôle primordial. Un rôle d’éleveurs d’abord, comme les bergers avec le bétail, et de protecteurs surtout. Ce sont eux qui construisent les ruches, où les essaims s’abritent, ils veillent sur elles, allant même parfois jusqu’à les nourrir, lorsqu’en hiver elles peinent à trouver de quoi s’alimenter.  

Entretien des ruches par l'apiculteur
Entretien des ruches par l'apiculteurAgrandir l'image

L’abeille est un pollinisateur exceptionnel, sans elle, pas de fruits, pas de légumes, pas de reproductions végétales. C’est pourquoi aujourd’hui, consommer du miel, c’est aider les apiculteurs à protéger les abeilles, et c’est aussi choisir un monde meilleur pour demain. 

Partenaire :

Le Rucher de l'Ours

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 5

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Le miel : de l’or liquide !

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Jpz007
19/10/2014, à Biache st vaast

Répondre

Peut on avoir une chez soi quand on a un grand jardin?

Budleia
12/10/2014, à Carnoux en provence

Répondre

Je vis en région Paca et j'achète mon miel à Bayonne !! Mes petites filles et moi même le consommons en connaissance de cause et en toute confiance.Merci aux apiculteurs qui maintiennent la production d'un miel de qualité

Guido 06
08/10/2014, à Menton

Répondre

Règle Toujours acheter son pot de miel chez un vrai apiculteur Bravo, à diffuser sans modération

Claude85
08/10/2014, à Olonne sur mer

Répondre

Exact surtout lorsqu'il est produit par soi-même (enfin par mes petites abeilles) et très apprécié par mes petits enfants qui savent faire la différence avec des miels d'importation trafiqués!

Cabouin
02/10/2014, à

Répondre

Après avoir lu "que choisir" consacré au miel, je suis devenu extrêmement prudent à son égard, compte tenu des manipulations en tous genres , dont il fait l'objet. Aujourd'hui l'étiquetage étant tellement sommaire, on est quasiment incapable d'identifier un vrai miel. Même l'inscription "origine france" ne me rassure pas. Heureusement que dans ma région , il existe encore quelques passionnés avec une ou deux ruches dans lesquels j'ai confiance.