Dresser un chiot

Le 12 septembre 2017 par Clémentine Desfemmes

Le dressage d'un chiot est une étape importante, car il conditionne les conditions de cohabitation future du chien avec son maître et les membres de la famille. Voici quelques conseils pour commencer le dressage de votre chiot, et lui inculquer les règles et ordres de base.

Apprendre son nom et les ordres de base à un chiot

Ca semble évident, mais il est bon de le rappeler : la première chose est d'apprendre à votre chiot à reconnaître son nom ! Répétez-le souvent en le caressant, appelez-le par son nom, et quand il vient, récompensez-le.

Utilisez des mots simples - un ordre = un mot (toujours le même)- pour les ordres de base, afin que votre chien les mémorise et que ces mots agissent comme des déclencheurs. "Assis", "couché", "pas bouger", "au pied", "bravo" : répétez ces mots autant de fois que nécessaire, lorsque le chien se trouve dans la situation qu'ils désignent. Par exemple, lorsque votre chiot se couche spontanément, dites-lui "couché" et récompensez-le, afin qu'il associe facilement ce mot à la position couchée, et que cette association mot-geste soit synonyme de plaisir pour lui.

Chiot couché
Chiot couchéAgrandir l'image

A noter : certaines races de chien sont plus obéissantes que d'autres.

Le "non", mot du désaccord et de l'interdiction

Lorsqu'il fait une bêtise, transgresse une règle ou ne l'applique pas correctement (notamment dans le cadre de l'apprentissage de la propreté), ne soyez pas agressif. Dites-lui "non" avec fermeté. Faites-lui comprendre qu'il a mal agi et que c'est vous le chef, que vous êtes fâché.

Chien apeuré
Chien apeuréAgrandir l'image

Douceur, patience, fermeté : les bons réflexes pour éduquer un chiot

Dresser, éduquer : on utilise les deux termes, mais "éduquer" serait plus approprié. Car l'un des grands principes de l'éducation d'un chien, c'est d'amener l'animal à faire de manière naturelle et spontanée ce que vous lui demandez. Obéir ne doit pas être obtenu par la contrainte ou la violence : votre chien vous obéira soit pour vous faire plaisir, soit pour respecter l'ordre établi. Si vous vous faites obéir par la peur, la menace, la violence (coups, cris), votre chien ne sera ni fiable, ni équilibré, ni heureux. L'autorité ne signifie pas la violence !

Répétition, régularité, récompense

Les séances d'apprentissage doivent être courtes (pas plus de 15 minutes, surtout chez les jeunes chiots), fréqeuntes et régulières (plusieurs fois par semaine, voire tous les jours). Il ne faut pas le lasser, ne le fatiguer ou le forcer : l'apprentissage doit être pour lui comme un jeu, un moment d'échange avec son maître.

Préférez la méthode de la récompense à celle de la punition. Quand votre chiot agit comme vous le lui demandez, récompensez-le (félicitations, caresses ou friandise adaptée aux chiens). Ainsi, il associera à quelque chose d'agréable le fait d'appliquer vos ordres. Au contraire, si vous le forcez, ou si vous le punissez ou frappez lorsqu'il échoue ou ne respecte pas la règle, il associera cette même règle ou cet ordre à quelque chose de désagréable, de douloureux, et au lieu de l'appliquer, il l'évitera.

Friandise pour chien
Friandise pour chien Agrandir l'image

Apprentissage du collier puis de la laisse

Habituez votre chiot à porter son collier. Passez-le lui à l'occasion d'une séance de jeu, puis laissez-le l'oublier durant 15-20 minutes avant de le lui retirer. Répétez régulièrement l'opération jusqu'à ce qu'il soit familiarisé avec ce nouvel accessoire. Ensuite, vous pouvez ajouter la laisse et commencer à lui apprendre à marcher au pied, sans tirer ni mordre la laisse.

>> Lire : Apprendre à son chien à marcher en laisse

Enfant et son chien
Enfant et son chienAgrandir l'image

C'est le maître qui est dominant, pas le chien !

Votre chiot voit votre famille comme une meute. A vous de lui faire comprendre quelle place il occupe dans la meute : le dominant, c'est vous, son maître, et non lui, le chien ! Ne le laissez pas dépasser les limites que vous lui aurez fixées : le chien doit rester à sa place. Cela sera un élément structurant pour lui, rassurant, équilibrant. S'il y a des enfants dans votre foyer, ceux-ci doivent se trouver au-dessus du chien dans la hiérarchie.

Chien attentif
Chien attentifAgrandir l'image

Certaines habitudes de vie permettront à votre chien de comprendre (et d'accepter) que ce n'est pas lui qui domine :

  • Faites-le manger après vous. A défaut, donnez-lui son repas au moins une heure avant le vôtre. Dans une meute, les dominants mangent en premier, les non-dominants passent après. Ne lui donnez rien lorsque vous êtes à table !
  • N'installez pas son panier à un endroit stratégique de la maison : il ne doit pas se sentir investi de la mission de surveiller les allées et venues des membres de la famille. Placez-le dans un coin, un peu à l'écart, et non dans un endroit de passage.
  • Ne le laissez pas investir les espaces réservés aux dominants : il ne doit pas monter sur les lits, sur le canapé, sur les fauteuils. Interdisez-lui éventuellement l'accès aux chambres à coucher.
  • Ne le laissez pas prendre des initiatives ni vous imposer ses envies. C'est vous qui choisissez le moment de la promenade, celui du repas, celui du jeu. S'il réclame, envoyez-le se coucher dans son panier, et appelez-le 5 minutes plus tard pour, éventuellement, répondre à sa demande, l'objectif étant de lui faire sentir que c'est vous qui donnez le signal.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Dresser un chiot

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Marie-t
19/09/2017, à

Répondre

Méthode TRES dépassée !

Henry cornil
18/09/2017, à Cléden cap sizun

Répondre

"certaines races de chien sont plus obéissantes que d'autres" ? Les bâtards sont certainement les plus intelligents. La mienne comprend ce que je dis, agit en conséquence et réussit à me faire comprendre ce qu'elle veut...