L'écopâturage : des chèvres et moutons pour vos espaces verts

Le 8 juin 2016 par A. Bihaki

Des chèvres, moutons et autres animaux herbivores pour entretenir les espaces verts, en ville comme à la campagne ? Oui, l'écopâturage est une idée originale, pourtant ancestrale, qui ne manque pas d'avantages !

Chèvres et moutons : des tondeuses écologiques très à la mode

L'écopâturage ou « écopastoralisme » est une méthode d'entretien ("tonte" de la pelouse, voire débroussaillage) écologique et naturelle, peu coûteuse, des espaces verts ruraux ou urbains, privés ou publics, par l'utilisation d'animaux herbivores. Une démarche éco-responsable et durable qui tend à se multiplier...

Moutons d'Ouessant
Moutons d'OuessantAgrandir l'image

On trouve aujourd'hui de très nombreuses démarches et expériences d'écopâturages, dans un but de défrichage ou d'entretien des espaces verts publics : dans les villages, les collectivités, les lycées, le long des voies et même dans de très grandes villes comme Lyon, Lille, Rennes ou Paris...

Les entreprises et les particuliers ne sont pas en reste, trouvant de nombreux avantages à l'utilisation d'animaux pour entretenir les jardins privés et les espaces verts.

Tonte et débroussaillage naturels ? Avantages et contraintes

Écopâturage : les avantages

  • Économique, l'éco-pâturage est bien moins coûteux que l'achat et l'utilisation d'engins spécifiques (tondeuse, débroussailleuse...) ;
  • Écologique, naturel et respectueux de l'environnement, il permet le maintien d'une certaine biodiversité, l'entretien de zones en friches, la réduction des déchets verts, la limitation des espèces invasives, des désherbants et engins mécaniques ;
  • Pratique et silencieux, l'éco-pâturage présente peu de contraintes, demande peu d'entretien et est particulièrement adapté aux espaces difficilement mécanisables ;
  • Ludique, pédagogique et responsabilisant, il permet de sensibiliser facilement, efficacement et durablement habitants, familles et enfants ;
  • Solidaire et social, l'éco-pâturage peut permettre aux éleveurs de trouver des ressources complémentaires pour maintenir leur activité ;
  • Il contribue aussi à la sauvegarde des races animales rustiques, anciennes ou locales...
Tonte d'une pelouse sauvage par des moutons
Tonte d'une pelouse sauvage par des moutonsAgrandir l'image

Écopâturage : les contraintes

L'écopâturage demande tout de même un minimum de connaissances et de logistique : formalités administratives, suivi sanitaire, transport des animaux, hivernage, nourriture complémentaire... Et toujours penser que chèvres et moutons, très gourmands, ne s'arrêtent pas devant les plates bandes fleuries et les potagers. Il faut leur apporter un minimum d'espace vital, un abri et prévoir des clôtures...

Il est important de noter, avant d'adopter des herbivores ou de se lancer dans l'élevage, qu'une bonne partie de ces contraintes peuvent êtres palliées en faisant appel à des prestataires spécialisés. Tout dépend des besoins ! 

Moutons dans un enclos
Moutons dans un enclosAgrandir l'image

Des animaux pour entretenir les espaces verts : conseils et astuces

Choix des animaux : les espèces et les races à privilégier

Chèvres naines, mouton d'Ouessant, chèvre des fossés, chèvre de Lorraine... Les races anciennes, rustiques et/ou naines, souvent délaissées, parfois même en voie de disparition, car peu productives, sont justement les races les plus appropriées pour l'écopâturage. Elles sont en effet plus rustiques, ont peu de besoins et peuvent entretenir de grands espaces, ainsi que des espaces verts à faible qualité fourragère.

À noter que les ânes et les chèvres sont particulièrement efficaces sur les terrains pentus et difficiles d'accès, tandis que les vaches et les chevaux supportent bien les espaces humides. Et pour finir, entre chèvre et mouton, le mouton est moins intelligent et moins sociable, mais beaucoup plus efficace !

Chèvre de Lorraine
Chèvre de LorraineAgrandir l'image

L'écopâturage ovin : quelles races de moutons ?

  • À découvrir absolument : les moutons d'Ouessant, des moutons rustiques, souvent noirs, de très petite taille (moins de 50 cm au garrot), originaires de Bretagne. Un race sans aucune agressivité, qui résiste très bien au froid et aux chaleurs, qui peut vivre dehors toute l'année et qui valorise les pâturages, même les plus ingrats.
  • Le mouton Solognot, une race très ancienne et très rustique, capable de se satisfaire d'une végétation pauvre et ligneuse et qui supporte les zones très humides, même les pieds dans l'eau.

L'écopâturage câprin : les meilleures races de chèvres

  • Les chèvres naines (de 35 à 50 cm au garrot) : agiles, rustiques et faciles d'entretien, elles donnent de très bons résultats et ont la particularité d'être très sociables, cabochardes et attachantes.
  • La chèvre des fossés, race de Bretagne originaire des rives de la Manche, est une chèvre docile, de taille moyenne, aux poils longs, de couleur variable. Elle s'adapte à tous les milieux, s'attaque volontiers aux broussailles et est capable de valoriser les ligneux.
  • La chèvre Lorraine est une grande chèvre (au moins 65 cm au garrot à l’âge adulte), rustique et locale, originaire du Nord Est de la France, aux poils mi-longs à longs, gris herminés (noirs et blancs mouchetés). Elle est capable d'explorer tout type de terrain, d'entretenir et débroussailler les friches, espaces verts et sous-bois.

>> Lire aussi :

Chèvre des fossés
Chèvre des fossésAgrandir l'image

Ce qu'il faut prévoir avant d'adopter chèvres ou moutons

Les chèvres et moutons ont besoin d'un minimum d'espace (plusieurs centaines de m2 par chèvre au minimum), d'un abri, de limites (clôture fixe ou modulable et électrifiée), de nourriture complémentaire et d'un endroit confortable pour passer l'hiver. Vous devez aussi faire un certain nombre de démarches administratives et sanitaires (vétérinaire, bouclage, éventuelle assurance...). Et attention aux chiens errants, ainsi qu'aux visiteurs qui apportent de la nourriture potentiellement dangereuse pour vos animaux (pain, pop corn...).

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
L'écopâturage : des chèvres et moutons pour vos espaces verts

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Alfred de limon
17/07/2016, à Houdeng-aimeries

Répondre

Concernant l'écopâturage , la race d'ovins la plus recommandable , la plus rustique et la plus appropriée est le mouton "SOAY" descendant direct , sans croisements ni mutations génétiques , des ovins primitifs étant le Mouflon , dont il a gardé l'ADN , L'apparence (en taille plus réduite,) le pelage ou la laine (avec crinière et selle blanche pour les béliers ) et les cornes (dont celles recourbées en spirale des béliers); c'est donc un bel animal , à l'aspect sauvage et naturel des ovins primitifs , dont la rusticité exceptionnelle s'est renforcée par des millénaires de sélection dans les conditions les plus rudes (îles au Nord de l'Ecosse = Nouvelles Ebrides , à l'époque glacière); redécouverte par les Anglais il y a +/- 150 ans la race a été préservée de tous croisements.Très recherché pour l'entretien de réserves naturelles , parcs de châteaux , etc (brouteur idéal !).., il nécessite une clôture de +:- 1,20m, un apport d'eau , une pierre à sel , et du foin en apport de supplément uniquement si l'hiver est long et très neigeux. Il faut les formalités administratives avec enregistrement (Afsca/Awéoc, boucles auriculaires ...)et un vermifuge annuel est recommandé .Parmi les principaux avantages , outre la beauté , la rusticité et la vivacité de ce mouton-gibier, citons : 1) Pas de tonte ; la laine tombe d'elle-même chaque année et se renouvelle , en signe de bonne santé; 2)Pas de parasites ni maladie de peau; 3)Pas de maladie des pieds (piétin) les ongles des pieds sont comparables à ceux des chevreuils; 4)agnelage très facile ,sans soins particuliers (Un à deux agneaux par an); résistance exceptionnelle au intempéries;5)Peux d'exigences sur la qualité des herbages; mais protéger les troncs des arbres fruitiers , éviter les rosiers qu'ils adorent , et arbustes décoratifs ! En Belgique comme aux Pays-Bas , Allemagne et Angleterre , il existe une commission raciale "Soay" dont les membres (une vingtaine d'éleveurs en Belgique) veillent à maintenir la pureté de la race , ses caractéristiques et sa rusticité, par une sélection rigoureuse et une reproduction contrôlée pour éviter toute consanguinité . Pour information; contacter Mr Max de Nève (soay@skynet.be) ou Mr Francesco Compostella ((fcompostella@gmail.com) Président et Vice-Pdt , ou le soussigné (alfreddelimon@gmail.com)

Khames
17/06/2016, à Djelfa

Répondre

Bonjour Messieurs il n y a pas meilleur que cette méthode pour se débarrasser des mauvaises herbes et pour éclaircissement mais avec les caprins attention aux arbres ils risquent de les coiffer Merci