Mon retour au potager

Le 20 avril 2010

Avril sonne le retour au potager pour Alexandra, qui nous livre ici son approche de la culture des légumes pour l'année qui vient !

Des légumes : où ? comment ? pourquoi ?

Potager d'AlexandraCa y est, j’ai retourné 2m sur 2m de mon jardin pour faire mon propre potager. Ces dernières années, j’avais délaissé ce besoin de semer et de récolter mes propres fruits et légumes, car les prix de saison étaient raisonnables et je me suis plutôt consacrée à de nouveaux massifs fleuris. Mais après chaque hiver, je regarde avec des yeux affamés les semences de radis et de concombres, les mignons petits pieds de navets qui me font de l’œil depuis les rayons de mon horticulteur. Si, en plus, je regarde les différents aromates si parfumés, je ne me sens qu’à moitié jardinier !

J’avais essayé les tomates dans les massifs de fleurs, les aromates sur mon petit balcon ou sur le rebord de ma fenêtre, et je me suis rendue compte que c’est bien plus de travail qu’un potager, car il faut les arroser s’ils sont en pots alors que dans la terre, ils n’ont pas besoin d'être autant chouchoutés.

Le résultat sur le balcon était quasi nul, alors j’ai cherché un petit coin libre dans mon jardin qui possède assez de soleil et voilà ! Mon chéri a retourné le sol, déjà enrichi avec de l’humus bien décomposé.

Je me vois déjà manger mes radis, semés dans quelques jours, une fois que le sol sera encore un peu travaillé, que les mottes seront toutes fines.

Paillis au pied des tomatesPar hasard j’ai fait la découverte des pommes de terre violettes. Je vais enfin essayer une petite rangée cette année.

Elles sont tellement chères, pourquoi ne pas en produire 1 ou 2 kg, juste pour le plaisir, car elles ont un goût exceptionnel !

Maintenant, j’ai de nouveau une place pour me débarrasser de la tonte de gazon, et je peux faire mon propre humus sur place, pour protéger des intempéries et du soleil les jeunes plantes encore fragiles.

Par les temps qui courent, ce n’est pas plus mal de retourner un peu vers ses racines. Déjà, un dimanche, c’est pratique d’avoir la salade derrière la maison et non dans le supermarché fermé ! On peut ainsi multiplier les expériences culinaires, bio, beaucoup plus fraiches et pleines de vitamines. Coté prix, pas besoin d’en parler, même en pleine saison, ils ont flambé pour une salade dont on ne connait même pas la provenance... Et en plus, le producteur travaille pour une misère !

Je me laisserai peut-être tenter par une petite serre pour mes concombres et tomates, qui sont des enfants du Soleil. On peut aussi en fabriquer une avec des bâches translucides et qui sait, tenter les melons !

Vous connaissez surement le dicton qu’il ne faut pas se découvrir d’un fil en avril. C’est vrai aussi pour le jardin, si le sol est trop froid ou trop humide, attendez une semaine de plus ou même deux, que le soleil réchauffe bien le sol et que ce dernier ne colle plus aux bottes. C’est mieux pour les semences et les plantes fraichement repiquées car celles-ci peuvent être étouffées par un sol trop lourd et humide.

Avant de semer mes salades et compagnie, je fais encore une chose : je réalise mon pourtour en lavande pour freiner les limaces ! En les plantant tous les 30 cm, le sol sec les limitera, et par la même occasion, les abeilles fructifieront mes tomates et mes arbres fruitiers. En plus, c’est joli… !

Paillis au pied des tomatesUne bonne idée: on se donne rendez-vous le 25 avril à Kerbach (57), où mes amis de l’association "Enfants espérances du Brésil", auront surement exactement les condiments et pieds de tomates dont j’ai besoin !!!

.

Alexandra Jansen

Crédit photos : A.J.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Mon retour au potager

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question