Jardins familiaux et jardins partagés : un succès croissant

Le 17 octobre 2009

Les jardins collectifs, qu'ils soient familiaux ou partagés, permettent à des familles urbaines de retrouver un coin de verdure pour y cultiver des fruits, des légumes ou des fleurs, tout en nouant des liens avec d'autres jardiniers. Ces jardins fleurissent un peu partout en France.

Les jardins collectifs, pour cultiver des légumes et du lien social

Un coin de verdureLes jardins collectifs (appellation regroupant les jardins familiaux, d'insertion, et partagés) rencontrent un succès croissant, notamment dans les villes. De nombreuses familles ont été séduites ces dernières années par ces façons originales de jardiner, et d'avoir accès à un petit bout de terre. Les jardins collectifs permettent aux particuliers d'équilibrer leur budget grâce aux récoltes potagères, élément particulièrement apprécié en ces temps de crise (mais attention, les récoltes sont uniquement destinées à l'auto-consommation, pas de revente possible). Les familles redécouvrent aussi le plaisir de consommer des produits sains et de saison, et de se rapprocher de la nature. Les contacts entre jardiniers, les échanges et le partage que permettent ces jardins répondent également à un besoin de convivialité et de lien social.

Jardins familiaux : à chaque famille sa parcelle

Les jardins familiaux ont succédé aux jardins ouvriers à partir de la fin de la seconde guerre mondiale. Ils permettent aux familles, souvent urbaines, d'avoir accès à une parcelle de terrain qu'elles peuvent cultiver librement. Légumes, fruits, plantes aromatiques, fleurs, arbres et arbustes, chaque jardinier choisit les espèces qu'il souhaite voir pousser, et il peut aussi installer un barbecue, une tonnelle, ou tout simplement un coin de gazon. Si chaque famille a son petit bout de terre, la proximité d'autres petits jardins semblables contribue à créer du lien entre les jardiniers, en favorisant l'échange, la solidarité et la convivialité. Les parcelles peuvent être prêtées, louées ou même vendues par les collectivités territoriales (généralement les mairies) ou les associations de jardins familiaux implantées partout en France.

Jardin partagé : une association d'habitants d'un même quartier

Le concept de jardin partagé est différent : appelé aussi jardin de quartier, le jardin partagé est animé par une association d'habitants désirant se retrouver dans un lieu convivial pour jardiner ensemble. Ces jardins collectifs permettent de redynamiser la vie de quartier, et ils font l'objet d'une gestion associative loi 1901. Chacun apporte sa contribution et ses idées dans le choix des plantations. Ces jardins de proximité contribuent à l'amélioration et à l'appropriation du cadre de vie, tout en créant des échanges entre les habitants du quartier. Ouverts au public, ils constituent un espace de convivialité et de rencontre apprécié les soirs d'été ou les week-ends. Comme pour les jardins familiaux, les parcelles sont mises à disposition par la Ville, ou encore un hôpital, le réseau ferré de France, ou tout autre bailleur social.

Clémentine.

Sites internet d'associations nationales (il existe de très nombreuses associations régionales ou locales) :

Jardiniers de France

Fédération Nationale des Jardins Familiaux et Collectifs

Crédit photo: flickr.com / *Susie*

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Jardins familiaux et jardins partagés : un succès croissant

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question